Economie

Raffarin: "le dossier du métro à Alger me tient à coeur"

“Ce dossier me tient vraiment à coeur et nous faisons tout pour que le métro soit ouvert avant la fin de l’année”, a-t-il déclaré par téléphone à l’AFP, à quelques heures de son arrivée dans la capitale algérienne pour une visite de travail de deux jours.

“Il y a encore des désaccords (entre les deux parties française et algérienne) mais il y a accord sur les médiateurs”, a-t-il souligné.

“On est trop près du but pour que l’on s’éternise et je vais user de toute mon influence pour régler les désaccords en cours sur les réclamations”, a-t-il indiqué, citant parmi ces dernières “la responsabilité des retards”, “le coût de ces retards” et les “conséquences financières”.

“Les Algériens attendent ce métro”, a-t-il dit. Sa mise en service “serait un signal fort de notre coopération économique et sociale”, a-t-il ajouté.

Fin octobre, le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia avait annoncé que le métro serait opérationnel dès 2011. Il avait expliqué les derniers retards par “l’introduction en cours des nouvelles normes de sécurité”, pour garantir au métro “une sécurité maximale”, à l’instar des pays européens à la suite de l’incendie du tunnel du Mont-blanc en 2005.

Lancé en 1980, le métro d’Alger comprend une vingtaine de kilomètres de tronçons mais sa construction a été ralentie durant les années noires du terrorisme de la décennie 90.

Un tramway de 24 km, construit en partie par le français Alstom, est également en cours d’achèvement dans cette métropole de quelque 3 millions d’habitants.

Le sénateur Raffarin, nommé le 2 septembre 2010 au poste de “M. France en Algérie” par le président Nicolas Sarkozy, s’était rendu une première fois le 24 novembre à Alger, pour améliorer les liens économiques des deux pays.

Ennaharonline

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!