Monde

France : Le Drian se veut “pratique” pour doper l’export

Le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, compte mettre en place des “réformes pratiques” pour mettre en place une “culture de l’exportation” d’ici à la fin du quinquennat et résorber un déficit commercial “extraordinairement préoccupant”.

“Les chiffres (du commerce extérieur) sont effectivement extraordinairement préoccupants”, note le ministre dans un entretien publié jeudi dans Les Echos, en soulignant qu’après être reparti en hausse l’an dernier, à 48 milliards d’euros, le déficit commercial devrait “sans doute (être) plus élevé encore cette année”.

Pour inverser la tendance et augmenter le nombre d’entreprises exportatrices françaises, Jean-Yves Le Drian compte mettre en oeuvre “des réformes pratiques pour corriger des choses concrètes”, avec par exemple la mise en place d’un guichet unique pour l’export dans les régions.

“Je vais vraiment mettre en place le fameux guichet unique dans les régions dont on parle depuis longtemps”, dit-il en évoquant une rencontre en septembre avec les présidents de région et le président de l’Association des régions de France (ARF), Philippe Richert. “Il faut une logique collaborative Etat/Région dans ce domaine”, souligne-t-il.

Dans la même veine, Jean-Yves Le Drian souhaite également, par souci de simplicité, que les ambassades soient les uniques interlocuteurs des entreprises exportatrices à l’étranger.

Il prévoit par ailleurs de faire évoluer les filières sectorielles mises en place par le précédent gouvernement pour mieux fédérer les entreprises exportatrices.

“Je vais renforcer les sept filières sectorielles mises en place par Laurent Fabius, les recentrer, sans doute en ajouter de nouvelles”, précise le ministre des Affaires étrangères dans cet entretien.

“Je vais continuer, comme je le faisais à la Défense, d’aider les entreprises françaises quand je suis à l’étranger, qu’elles soient grandes ou petites”, précise dans cet entretien le nouveau locataire du Quai d’Orsay, qui estime qu'”il faut de la simplicité et de l’efficacité”.

Les chiffres du commerce extérieur pour le mois de juin seront publiés le 8 août.

A fin mai, le déficit cumulé sur les cinq premiers mois de 2017 s’élevait déjà à 29,9 milliards contre 19,4 milliards un an plus tôt, après un début d’année pénalisé par des livraisons d’Airbus en berne sur fond de remontée progressive de la facture pétrolière.

AFP

commentaires

commentaires

Tags
Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *