Société

Relogement à Alger : La cité des 3.216 logements de Chaïbia prête à recevoir ses locataires

   "Bienvenue à nos honorables citoyens", "Adieu à l’habitat précaire", "Enfin un logement décent", "Le droit au logement, un rêve qui se réalise", sont quelques-unes des banderoles accrochées à l’entrée de cette immense cité de 3.216 logements pour mieux accueillir les premiers locataires, attendus samedi à partir de 6h.

   Pour faire dans la surprise, les gestionnaires du site montaient un écran géant en plein air pour permettre aux locataires de suivre les matchs de la Coupe du monde de football au Brésil, notamment la rencontre Algérie-Corée du Sud prévue dimanche.

   "La cité sera occupée dans sa totalité à la faveur de plusieurs opérations de relogement qui seront réalisées durant la semaine qui s’ouvre. Pour la journée de samedi, il est programmé l’accueil de 1.089 familles", explique à l’APS le directeur général de l’OPGI de l’Hussein Dey, gestionnaire du site, Mohamed Rehaïmia, rencontré sur place.

   Sur les 1.089 familles attendues à Chaïbia, 505 sont issues des bidonvilles de la circonscription administrative de Zéralda, 302 de ceux Birtouta (notamment de la commune d’Oued Chebel), 193 des baraques "Deffous 2" de Chéraga, 34 familles originaires de Magharia (Hussein Dey), 5 de Draria et 50 occupant le stade de Birkhadem, selon les détails de l’opération fournis par l’OPGI.

   "Le relogement concerne en priorité les familles dont les baraques sont proches de la cité. Il concerne aussi celles qui occupent des terrains destinés à d’importants projets en souffrance comme le logement à Oued Chebel, la ligne ferroviaire Birtouta-Zéralda et le stade de Birkhadem", précise M. Rahaïmia.

   Pour les besoins de l’opération, la wilaya a mobilisé quatre agents et deux camions pour le déménagement de chaque famille qui disposera avec d’autres de bus pour leur propre transport, souligne-t-il.

   Le déménagement coûte à l’Etat 100.000 DA par famille. Une enveloppe de 300 millions de dinars a été votée jeudi par l’Assemblée populaire de wilaya (APW) dans le budget supplémentaire (BS) de la wilaya pour couvrir ces frais.

   Tout en étant occupés à achever les derniers préparatifs, à quelques heures de l’arrivée des premières familles, les agents de l’OPGI et des différents établissements de wilaya, prenaient les bâtiments en photos avec leurs téléphones portables, en guise de souvenirs.

   "C’est un très beau site. J’aimerai bien moi aussi vivre ici au milieu de jardins et de terrains de sports tout en ayant tous les services et les équipements nécessaires à ma disposition dans le quartier", affirme Samir, un jeune agent de l’OPGI. APS

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!