Economie

Renouvellement du contrat de partenariat avec ArcelorMittal

  •    "ArcelorMital est arrivé à un moment où il doit décider de faire un  investissement complémentaire. Comme nous sommes partie prenante de la société, l’Etat a décidé de continuer l’investissement d’autant que c’est une production très importante pour l’économie nationale", a déclaré le ministre à la presse en marge d’une séance de questions orales au Sénat.
  •  
  •    ArcelorMittal détient 70% du capital du complexe sidérurgique d’El-Hadjar, dans la région d’Annaba (600 km à l’est d’Alger) et le groupe public algérien Sider les 30% restant.
  •  
  •    Ce complexe sidérurgique, propriété de l’Etat algérien, avait été acheté à 70% en octobre 2001 par l’Indien Ispat, du groupe Mittal. 
  •  
  •    Les deux parties avaient alors conclu une convention d’investissement et de partenariat pour une période de 10 ans, a précisé jeudi à l’AFP le secrétaire général du syndicat de l’entreprise de l’usine d’El Hadjar Smain Kouadria.
  •  
  •    La nouvelle convention doit être signé à la mi-octobre, a-t-il précisé.
  •  
  •    "Etant donné que c’est la seule société qui produit de l’acier, nous envisageons de faire d’autres investissements dans l’aciérie, bien que l’investissement dans ce domaine nécessite au moins 4 à 5 ans de temps", a dit M. Benmeradi.
  •  
  •    Le complexe d’El Hadjar qui emploie actuellement quelque 7.200 travailleurs a une capacité théorique de production de 2 millions de tonnes d’acier liquide par an.
  •  
  •    Le montant global du programme d’investissement nécessiterait quelque de 500 millions d’euros sur quatre ans (2011-2015), a précisé M. Kouadria.
  •  
  •    Ce programme devrait être consacré dans une première phase, jusqu’en 2013, au renouvellement des équipements stratégiques de la filière fonte de l’usine pour porter la production de 1,4 million de tonnes/an.
  •  
  •    Il doit permettre ensuite d’implanter sur le complexe d’El-Hadjar des installations qui porteront la capacité du complexe à 2,4 millions de tonnes par an pour un coût total de 300 millions d’euros, selon M. Kouadria.
  •    
  • Ennaharonline/ AFP

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close