En directAlgérie

Reportage – “Kamel El-Bouchi”, au-delà de la cocaïne !

Algérie – Dans ce reportage, ALG24 vous fait découvrir l’autre facette du boucher le plus célèbre d’Algérie, Kamel Chikhi.

Notre équipe s’est déplacée à Kouba, la capitale de l’empire immobilier de “Kamel El-Bouchi” (Ou Le Boucher). Les immeubles appartenant au principal accusé dans l’affaire des 701 kg de cocaïne ont poussé comme des champignons, dans les quartiers les plus huppés de la paisible commune de la banlieue d’Alger.

Le siège de la promotion immobilière KMNN Immobilier de Kamel Chikhi se trouve, d’ailleurs, au quartier La Croix, au cœur de la commune de Kouba.

Des constructions qui menacent la vie des citoyens

Notre enquête nous a menés vers la rue Mohamed Fellah, près du siège de l’APC de Kouba. Juste à côté du siège du cercle du RC Kouba, un chantier d’une future promotion immobilière a vu le jour il y a quelques mois.

Les opérations d’excavations ont provoqué d’énormes dégâts dans les habitations mitoyennes. La bâtisse voisine de ce chantier risque de s’effondrer d’un moment à un autre. D’importantes fissures défigurent les murs d’une habitation datant de l’ère coloniale. Des images dignes d’un tremblement de terre. Les balcons endommagés par les fondations creusées du futur immeuble risquent de s’effondrer sur les passants d’une rue très fréquentée de la commune de Kouba.

Malgré les mises en gardes de l’APC de Kouba, les travaux ne se sont arrêté qu’après l’éclatement de l’affaire des 701 kg de cocaïne. En effet, l’APC de Kouba a émis des documents portant sur un danger imminent menaçant la bâtisse voisine du chantier sise 03, rue Med Fellah. Ses habitants ont été obligés à quitter leur maison au vu du risque réel d’effondrement.

Des mises en gardes et puis c’est tout…

Malgré qu’elle soit au courant du danger qui menace ses citoyens, l’APC de Kouba s’est contentée de constater le risque d’effondrement. Les services de l’urbanisme de l’APC n’ont, à aucun moment, entrepris les démarches pour mettre fin au danger. Des responsables de l’urbanisme ont, d’ailleurs, été entendus dans l’affaire qui défraye la chronique depuis quelques jours.

“Ils ont creusé jusqu’à 7 mètres de profondeur alors que le plan prévoyait 2m89, au vu et au su de l’APC”, a dénoncé une habitante de la bâtisse qui menace ruine. Et d’ajouter : “Ils ont approuvé le blindage après avoir établi un décret de péril ! ”

Le chantier se trouve en ce moment à l’arrêt comme l’ensemble des chantiers de Kamel Chikhi suite à l’éclatement de l’affaire qui a conduit à son arrestation.

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!