En directAlgérie

Répression à Oran : la DGSN réagit

Algérie-La Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a réagi, ce dimanche à travers un communiqué, aux images ayant montré la répression de manifestants lors du Hirak du vendredi 13 décembre 2019 à Oran.

La DGSN a indiqué que « les réseaux sociaux ont relayé des contenus malveillants manipulés et véhiculés par des personnes malintentionnées visant à altérer l’ordre et la tranquillité publics, en appelant à braver les forces de l’ordre, dans le but de provoquer des dérapages préjudiciables à l’ordre public. »

« Ces contenus ont mis en scène des images prises à Oran, prétendant outrageusement qu’il s’agissait d’une répression de manifestants du Hirak, le vendredi 13 décembre 2019, en tentant de ternir l’image d’une institution Républicaine au service de la société et qui ne ménage aucun effort pour protéger le citoyen et ses biens », explique la DGSN.

« Dans ce contexte, il y a lieu de préciser que les images en question, concernent un groupe d’individus venus spécialement le jour de scrutin, à savoir le jeudi 12 décembre 2019, pour empêcher matériellement les citoyens d’exercer leurs droit constitutionnel, en infraction aux lois et règlements, et au mépris des institutions et des personnes, ainsi que toutes règles de citoyenneté et de liberté fondamentales, consacrées par la constitution »,précise la DGSN.

« Il est de coutume que les manipulateurs des images veillent à tromper l’opinion publique, en déformant un acte visant à préserver l’ordre et à protéger les Droits de l’Homme et du citoyen contre les atteintes à son intégrité physique et morale ainsi qu’à ses droits fondamentaux, de même qu’il est évident que la Direction Générale de la Sûreté Nationale ait l’habitude de faire face à ce genre d’attaques hostiles, en appelant à davantage de prudence, de vigilance et de sensibilisation. »

« Quoi, qu’il en soit, l’institution policière fidèle à l’esprit de la constitution et des lois de la République, a agi et agira conformément aux principes régissant sa relation avec le citoyen, en chargeant l’inspection Régionale de Police de la région Ouest, de procéder aux vérifications nécessaires de manière à faire la lumière sur cette question, conclut le communiqué.

Tags

Articles en lien

5 Comments

  1. Et en supposant qu il y ait eut derapage du cote des policiers..quel est le risque..??rien..l institution repond pas le policier suppose matraqueur…..il fallait faire ce communique de suite et indiquer que la police a charge des fauteurs de trouble et ne pas laisser la rumeur courir..depuis le debut du hirak..il ne s est rien passe..et ca continuera comme ca si ca doit continuer..entre algeriens..responsables et patriotes..

  2. La réaction de la DGSN concerne la vidéo du jeudi 12 décembre passée pour être le vendredi 13 décembre. Mais force est de signaler que le vendredi 13 décembre, la marche du 43e vendredi à été empêchée de force. En tant qu’habitué de la marche, j’ai assisté à son empêchement par la force, par un conglomérat de corps de sécurité comprenant le BRI, les forces anti-émeutes, et même des forces spéciales, qu’on appelle habituellement les ninjas. Cette démonstration de force est disproportionnée par rapport à des manifestants pacifiques et désarmés. Je souhaite qu’une enquête soit ouverte par la police des polices pour jeter toute la lumière sur ce qui s’est passé le vendredi. Ne pouvant donc pas marcher le 43e vendredi, j’ai pris ma voiture pour m’éloigner du centre-ville devenu chaotique. Une heure plus tard je reviens et le centre est toujours tendu, au niveau de Miramar, Place des victoires. Les forces de l’ordre sont de plus en plus nombreuses et sur le qui-vive. Elles ont investi les artères stratégiques pour empêcher tout rassemblement ou avancée dans la longue Rue Larbi Ben M’hidi. Bref, je souhaite du fond du cœur qu’une enquête soit ouverte, et que les Oranais aient le droit de manifester pacifiquement. Je ne veux surtout pas voir le lien rompu entre la police et les citoyens, ou que la défiance s’installe durablement. Merci

    1. monsieur c’est tout à votre honneur ce que vous dites. j’aimerais juste ajouter qu’en tant citoyen de ce magnifique pays, que beaucoup envient, je souhaite que tout algérien participe à sa construction et non le contraire. manifester oui, mais occuper les rues pour empecher les citoyens à ne pas circuler librement c’est non ! toute manifestation est sujette à une autorisation et le circuit doit etre bien défini. les opinions different et méritent respect dans un pays civilisé comme le notre. on n’est pas en france.

  3. en démocratie, force reste à la LOI !!! cette loi que nul n’est censé l’ignorer et elle est au dessus de tous !!! qui veut se faire respecter doit en premier lieu respecter les autres. les lois de la république sont clairs.

  4. Le commentaire de noyre compatriote d oran…malik..est sans equivoque! Il ne s agit pas de charge contre des personnes qui voulaient empecher de voter..selon la dgsn…mais d un empechement de manifester..par la force..!! Le temoignage est clair..lisible..sans passion..et froid comme un acte deces..il y a eu depassement.. s il s agissait d un depassement du fait des hirakistes..les prisons seraient pleines deja..alors attendons uneenquete de la police des polices..et esperons sue ce type d incidentne se reproduise plus..parceque ca entraineta une perturbation de la paix et le desordre..alors que les manifestations sont pacifiques et reconnues comme tel..par le monde entier..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close