MondeInsolite

En retard pour son vol, il lance une alerte à la bombe et finit en prison

Un ressortissant français a été condamné à dix mois de prison par la justice britannique pour avoir lancé le 11 mai dernier une fausse alerte à la bombe après que l’embarquement à bord d’un vol entre l’aéroport de Gatwick et Los Angeles lui avait été refusé parce qu’il était trop en retard.

L’histoire remonte au 11 mai dernier. Ce jour-là, Jacob Meir Abdellak, un Français bibliothécaire à Londres, est refoulé à l’heure d’embarquer pour son vol vers Los Angeles depuis l’aéroport londonien de Gatwick (Grande-Bretagne). Il est arrivé trop tard. Mais l’homme de 47 ans est bien décidé à prendre cet avion de la compagnie Norwegian Air. Coûte que coûte. Il a alors l’idée de lancer une alerte à la bombe, afin d’obliger tout le monde à redescendre de l’appareil. Pour réussir son coup, il téléphone à seulement huit minutes du décollage.

Une manœuvre « ridicule », selon la police

Sa menace est prise au sérieux. La décision est prise de vider l’avion et de procéder à un nouveau contrôle des passagers. Le départ de l’avion est retardé de 90 minutes. C’est à ce moment-là que Jacob Meir Abdellak réapparaît. Il tente d’en profiter pour embarquer. Mais l’équipage flaire l’entourloupe. Le personnel le trouve trop agité. Accès refusé.

Le Français sera finalement arrêté dix jours plus tard. Le 22 mai. Alors qu’il s’apprêtait à prendre un autre vol pour les États-Unis. Entre-temps, les policiers ont enquêté sur ce mystérieux appel signalant la présence d’une bombe. La police de Gatwick a établi que le numéro qui avait servi à lancer l’alerte à la bombe était le même que celui qu’avait fourni Jacob Meir Abdellak à Norwegian Air pour son enregistrement.

Jugé devant un tribunal londonien ce mardi, le bibliothécaire a d’abord prétendu qu’il avait perdu sa carte SIM, avant de finalement plaider coupable. Il a écopé de dix mois de prison et d’une amende de 140 livres (156 euros). « C’était une décision ridicule de la part d’Abdellak, qui a inventé une menace très grave à son seul profit. […] Il a cru que c’était une bonne idée mais c’est la pire décision qu’il ait jamais prise », a commenté l’inspecteur en chef de la police de Gatwick, Marc Clothier.

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close