En direct

Révision de la Constitution: détermination de l’Etat à consacrer la lutte contre la corruption

 Les participants à une rencontre sur le système juridique de répression de la corruption, organisée mercredi à l’école de formation douanière à Ouled Mimoun (Tlemcen), ont affirmé la détermination de l’Etat à consacrer la prévention et la lutte contre ce fléau, dans le projet de révision de la Consitution.

 Le directeur des études à l’Office central de répression de la corruption, Abderrazak Azzab a souligné que cette détermination est traduite par de nouveaux articles dans ce docuement renforçant ceux existants, ainsi que la constitutionnalisation de l’instance nationale de contrôle et de lutte contre la corruption en tant qu’autorité administrative indépendante auprès du président de la République jouissant d’une autonomie administrative et financière.

 Il a soutenu que la criminalisation de la corruption est un pas vers l’éradication de ce phénomène soulignant, toutefois, que les lois ne suffisent pas seules à combattre les crimes de corruption mais nécessitent d’adopter, au préalable, des mesures préventives.

 Azzab a fait savoir que ces mécanismes se réfèrent à la Convention des Nations unies de lutte contre la corruption (2003) et aux traités régionaux ratifiés par l’Algérie.

 Pour sa part, le chargé de l’inspection auprès de l’Office central de répression de la corruption, Ouchiche Abdelhakim a expliqué l’acte de corruption pour éviter tout amalgame avec le présent (cadeau), citant dans ce sens des hadiths du prophète (QSSL).

 Au passage, il a affirmé que la lutte contre ce fléau interpelle toutes les parties (autorité, institutions, société civile, …).

 Situant les objectifs de cette rencontre initiée par la Direction générale des Douanes dans le cadre de la formation, le directeur central de formation douanière, Barika Djamel a indiqué qu’elle vise à sensibiliser davantage les éléments de ce dispositif sur le danger de la corruption et ses répercussions sur l’institution et la société.

 Après avoir rappelé que le Directeur général des Douanes insiste sur l’éthique professionnelle, M. Barika a cité les mesures prises par l’instance de lutte contre la corruption dont l’application stricte des lois, l’organisation de sessions de formation et de sensibilisation au profit des douaniers, l’introduction du système de numérisation dans les transactions douanières, la création d’un guichet unique et l’allègement des procédures douanières.

commentaires

commentaires

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!