Le Billet

Rifka pour Mihoubi, Les grottes d’Ibn Khaldoun pour… les Japonais ! (Vidéo)  

Algérie – Il en faut pour tout le monde semble-t-il. Si le ministre de la Culture Algérien s‘occupe du patrimoine Rifka, les japonais s’intéressent à un tout autre vestige : Les Grottes d’Ibn Khaldoun.

C’est vers le haut de cette montagne, donnant sur la plaine verdoyante de Taht à Frenda (Tiaret), que regarde Kissai Jeddi. Il est Japonais. Ce Professeur à l’Université de Tokyo a fait le trajet du Pays du soleil levant à Frenda pour nous expliquer à nous, algériens, qu’Ibn Khaldoun, le père de la sociologie, a passé 4 ans de sa vie dans ce petit village érigé sur les vestiges de Kalâat Beni Salama.

C’est à cet endroit, où surgissent les grottes d’Ibn Khaldoun, que ce dernier a rédigé son œuvre universelle majeure « Moqadima » (Prolégomènes) ou introduction à l’Histoire universelle… C’était entre (1375-1379). 6 siècles avant l’invention de SNAPTCHAT par … les Japonais.

On sait depuis Rifka qu’une casquette peut se porter à l’envers comme à l’endroit.

On sait aussi depuis Ibn Khaldoun que « L’homme est fils de ses habitudes et de son milieu ».

Il en faut pour tout le monde.

Lire aussi : Quand Mihoubi confond Aznavour et Brel … L’effet Rifka !

 

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close