En direct

Rouvrir la frontière avec le Maroc, affaire bilatérale

La réouverture de la frontière terrestre  algéro-marocaine est une question "exclusivement" bilatérale, non liée à un  sommet maghrébin, a affirmé samedi un haut diplomate algérien, commentant une  récente déclaration de Rabat liant ces deux questions.    Un haut diplomate a déclaré à l’AFP sous couvert de l’anonymat que la tenue  du sommet de l’Union du Maghreb arabe (UMA) prévu cet automne, d’une part, et  la fermeture de la frontière terrestre algéro-marocaine, d’autre part, étaient  deux questions "tout à fait distinctes" pour Alger.    "La date (du sommet) sera fixée lorsque les réunions préparatoires auront  abouti", a-t-il indiqué, réitérant la position d’Alger.    Quant à la réouverture de la frontière, "celle-ci s’inscrit exclusivement  dans le cadre de l’évolution des relations bilatérales", a réaffirmé ce  diplomate, citant une déclaration récente du ministre algérien des Affaires  étrangères Mourad Medelci.    Le Premier ministre marocain Abdelillah Benkirane avait récemment déclaré  au quotidien Attajdid, l’organe de son parti islamiste Justice et Développement  (PJD), que les conditions de la tenue du sommet n’étaient "pas encore mûres",  ajoutant que "tant que les frontières entre le Maroc et l’Algérie ne seront pas rouvertes", une telle réunion "sera seulement de pure forme".    Interrogé sur cette déclaration, le ministère des Affaires étrangères  algérien s’est lui refusé à tout commentaire.    Tunis devrait accueillir ce sommet en octobre afin de relancer l’UMA, qui  regroupe depuis 1989 la Mauritanie, l’Algérie, le Maroc, la Libye et la Tunisie  mais est restée quasi-inactive suite à des différends entre ses membres,  notamment entre l’Algérie et le Maroc.    Alger avait décidé en 1994 de fermer sa frontière terrestre avec Rabat  après un attentat meurtrier à Marrakech dont le royaume avait rendu responsable  les services de renseignements algérien.    Les deux pays ont aussi un profond désaccord sur le Sahara occidental,   occupé depuis 1975 par le Maroc qui considère l’ex-colonie espagnole comme son  territoire. Alger soutient le Front Polisario qui réclame un référendum sur  l’autodétermination.
  
 
 

 Algerie – ennaharonline 

commentaires

commentaires

Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *