En direct

Sahara: manifestation pro-indépendance "sans précédent" samedi à Laâyoune

Une manifestation pro-indépendance "sans  précédent" depuis plusieurs décennies s’est déroulée samedi à Laâyoune, la plus  grande ville du Sahara occidental, ex-colonie espagnole contrôlée par le Maroc,  ont rapporté lundi plusieurs médias marocains.    Selon les autorités à Laâyoune, quelque 500 personnes ont défilé dans le  calme en fin de journée, sans intervention des forces de l’ordre. Des violences  ont toutefois éclaté dans la soirée, après la dispersion du cortège, et au  moins 21 policiers ont été blessés, d’après les mêmes sources. L’un d’eux est  dans un état grave et a été transporté à Rabat.    Les heurts ont aussi fait un nombre indéterminé de blessés parmi les  manifestants, a affirmé à l’AFP un responsable local de l’Association marocaine  des droits humains (AMDH, indépendant), Hamoud Iguilid.    La manifestation, qui est intervenue alors que des journalistes de médias  nord-américains se trouvent à Laâyoune, a rassemblé plus de 2.000 personnes, a  pour sa part affirmé le coordinateur régional du Conseil national des droits de  l’Homme (CNDH, officiel), Mohamed Salem Charkaoui, cité par le site Lakome.    "Une mobilisation sans précédent des ennemis de l’intégrité territoriale",  a estimé lundi le quotidien Aujourd’hui Le Maroc, citant "des sources  concordantes".    "La plus grande manifestation de l’histoire de Laâyoune pour la  séparation", a également titré Akhbar al-Youm, notant la présence dans le  cortège de drapeaux du Polisario (indépendantistes) mais également de drapeaux  américains.    Un autre rassemblement a eu lieu dimanche à Smara, à environ 200 km à l’est  de Laâyoune, et 17 membres des forces de l’ordre ont été blessés "à différents  degrés", ont annoncé lundi les autorités de la ville, citées par l’agence MAP.    Des personnes "ont érigé des barricades dans une tentative d’investir la  voie publique et d’entraver la circulation, créant une situation de chaos",  ajoute le communiqué, sans détailler sur les motivations précises des  manifestants.    Plusieurs rassemblements pro-indépendantistes ont eu lieu depuis le  renouvellement, fin avril, de la mission de l’ONU au Sahara occidental  (Minurso), dont le mandat n’a finalement pas été élargi aux droits de l’Homme,  comme Washington en avait un temps émis le souhait. Le Maroc s’était vivement  opposé au projet.    Le 27 avril, une manifestation à laquelle participaient une centaine de  personnes, selon le correspondant de l’AFP, avait dégénéré en violences à  Laâyoune, faisant une quarantaine de blessés: 30 manifestants selon l’ONG  Amnesty International, dont une équipe se trouvait sur place, et huit policiers  d’après les autorités.    S’exprimant lundi devant les députés, le ministre de l’Intérieur Mohand  Laenser a affirmé que le bilan des "derniers événements" dans la région  s’élevait à "150 blessés" parmi les forces de l’ordre, dont certains grièvement.    Les manifestations ont été "minutieusement préparées, l’objectif principal  étant de provoquer les forces de l’ordre et les pousser à intervenir pour  exploiter les images dans les médias", a-t-il avancé, accusant "des milieux  étrangers" d’avoir financé un tel "plan".    Rabat propose un plan d’autonomie pour le Sahara occidental, mais il est  rejeté par le Front Polisario, soutenu par Alger, qui réclame un référendum  d’autodétermination. 

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!