En direct

Sahara-ONU: le Maroc mise sur l'intransigeance face à l'"allié" américain

    
 Le Maroc a misé sur l’intransigeance face à  la volonté de Washington d’inclure les droits de l’Homme dans la mission de  l’ONU au Sahara occidental, ex-colonie espagnole qu’il contrôle, quitte a  prendre le risque d’écorcher la relation "stratégique" avec l’allié américain.    Depuis la découverte lundi d’"initiatives tendant à dénaturer le mandat de  la Minurso" -la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum  au Sahara occidental-, la mobilisation générale a été décrétée dans le royaume.    Le renouvellement du mandat de cette mission qui surveille le cessez-le-feu  depuis 1991 sera soumis au Conseil de sécurité d’ici fin avril et, de sources  proches des négociations, les Etats-Unis ont préparé un projet de résolution  autorisant la Minurso à enquêter sur les droits de l’Homme.    L’initiative a fait l’effet d’un coup de tonnerre au Maroc, où le Palais  royal a convoqué en urgence les forces politiques, une réunion qui a permis de  "réitérer le consensus national" selon un communiqué.    Dans le sillage de l’institution royale, c’est l’ensemble de la scène  publique marocaine qui est montée au créneau.    Le "rejet" du Maroc de "ce type d’initiative partiale et unilatérale" est  "catégorique", a martelé le porte-parole du gouvernement, Mustapha Khalfi,  évoquant "une atteinte à la souveraineté".    Une délégation emmenée par le conseiller royal et ex-chef de la diplomatie,  Taïeb Fassi Fihri, a pris le chemin de grandes capitales, dont Moscou et Pékin.    Pour sa défense, Rabat fait valoir qu’il fait beaucoup sur les droits de  l’Homme au Sahara, alors que l’an dernier le Conseil de sécurité avait prolongé  le mandat de la Minurso tout en demandant au Maroc "d’améliorer la situation".    Cette semaine, neuf ONG marocaines ont écrit à Ban Ki-moon pour assurer que  les droits de l’Homme avaient "toujours été au centre de (leur) attention".  Seule l’Association marocaine des droits humains (AMDH), à l’image de Human  Rights Watch (HRW), s’est félicitée d’un élargissement de la mission de l’ONU.    Le Sahara est une cause sacrée au Maroc, et une réunion extraordinaire  s’est tenue vendredi au Parlement sur la "question nationale". 
    

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close