En directAlgérie

Said Bouteflika et les généraux Toufik et Tartag demain devant la justice militaire

Algérie – Le Chef d’Etat-major de l’Armée nationale populaire, le général de Corps d’Armée Ahmd Gaid Salah, avait mis en garde contre des réunions suspectes menées par les trois prévenus et qui viseraient à détourner le mouvement populaire.

Saïd Bouteflika, frère et conseiller de l’ex-Président de la République, a été arrêté ce samedi peu avant midi par les services de sécurité. Présenté comme étant le leader de la bande mafieuse qui dirigeait le pays, Saïd Bouteflika n’est pas le seul à avoir été interpellé, puisque deux anciens puissants patrons du renseignement algérien, les généraux Tartag et Toufik, ont été également arrêtés.

Les trois personnalités influentes seront, selon nos informations, présentées demain, dimanche 5 mai, devant le procureur du tribunal militaire de la 1ère Région militaire à Blida.

L’arrestation et le jugement de Saïd Bouteflika est la revendication majeure du Hirak depuis son premier jour, un 22 février 2019.

Lire aussi : URGENT – Saïd BouteflikaTartaget Toufik arrêtés

 

Tags

Articles en lien

2 Comments

  1. Saïd Bouteflika est un civil. Il n’a pas à être jugé par un tribunal militaire. Comment les civils que nous sommes vont accéder à l’information sur les chefs d’accusation? Étant entendu par ailleurs que ce qui nous intéresse est clair: a t il utilisé le sceau du président ? Combien de temps? Combien de fois? Au bénéfice de qui et pourquoi ? C’est pour cela que le procès doit être tenu tiens une idée : au sein de le grande mosquée avec 120.000 algériens à chaque séance. Des 48 wilayas. Par quota. Télévisé également comme un grand derby. Un peuple contre un apprenti potentat. Un faussaire. Le jugement doit être sans pitié. À la hauteur du préjudice subi par tout un peuple. Un jugement à décourager à l’avenir tout possible prétendant à commander contre son peuple. En léchant les pompes des dirigeants français et des pays du golfe.

  2. Si l’inculpation concerne la sécurité de l’état, il me semble que cela relève d’un tribunal militaire.
    Ce qui n’absout pas des poursuites ultérieure par un tribunal civil pour les autres inculpations notamment la corruption à grande échelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close