PolitiqueMonde

Sanctions US: Erdogan demande le gel des avoirs en Turquie de ministres américains

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a demandé samedi le gel en Turquie des avoirs de responsables américains, répliquant à des sanctions similaires prises par Washington en lien avec la détention d’un pasteur américain.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a toutefois semblé vouloir freiner l’escalade de tensions entre les deux pays, pourtant alliés au sein de l’Otan, à un moment où l’économie turque déjà fragile pourrait être lourdement affectée par davantage de sanctions économiques.

“Jusqu’à hier soir nous sommes restés patients. Aujourd’hui j’en donne l’instruction : nous gèlerons les avoirs en Turquie des ministres américains de la Justice et de l’Intérieur, s’ils en ont”, a déclaré M. Erdogan lors d’un discours télévisé à Ankara.

Cette déclaration est une réponse directe à la décision américaine de sanctionner mercredi les ministres turcs de l’Intérieur, Süleyman Soylu, et de la Justice, Abdülhamit Gül.

Tous deux sont visés pour leur rôle présumé dans le procès qui vise Andrew Brunson, un pasteur américain accusé en Turquie d’activités “terroristes” et d’espionnage.

M. Brunson, qui nie fermement ces accusations, a été placé en résidence surveillée la semaine dernière après un an et demi de détention.

Il était toutefois peu clair samedi si le président turc faisait référence au ministre de l’Intérieur, Ryan Zinke, essentiellement chargé des Parcs nationaux et des affaires indiennes, ou de la ministre de la Sécurité intérieure, Kirstjen Nielsen.

Interrogés par l’AFP, des responsables turcs n’ont pas donné davantage de détails.

– “Risque de nouvelles sanctions” –

Les sanctions américaines consistent en la saisie des biens et avoirs de MM Soylu et Gül, et à l’interdiction pour tout ressortissant américain de faire affaire avec ces responsables turcs.

Les deux ministres ont néanmoins assuré n’avoir aucun bien aux Etats-Unis, tout comme il est peu probable que les ministres américains visés par M. Erdogan en aient en Turquie, ce qui rend ces sanctions très symboliques.

Il est toutefois “significatif et sans précédent que deux alliés de l’Otan sanctionnent des membres de leurs gouvernement respectifs”, souligne l’ex-diplomate américaine Amanda Sloat, désormais chercheuse pour le think tank Brookings Institution.

Malgré cela, elles peuvent, selon des experts, avoir un impact sur une économie turque fragilisée par une forte inflation et une monnaie affaiblie.

La livre turque s’échange depuis mercredi soir à plus de 5 TRY contre un dollar, un plus bas historique.

Source: AFP

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!