Economie

Le secteur agroalimentaire occupe 23% de la population active en Algérie

Algérie – Le secteur agroalimentaire occupe 23% de la population active en Algérie, a affirmé mardi le professeur Chaib Baghdad de la faculté des sciences économiques de l’université « Abou Bekr Belkaid » de Tlemcen.

Intervenant à l’occasion de la tenue, à l’Ecole supérieure de management de Tlemcen (ESMT), de la seconde journée de réflexion sur les stratégies et l’entreprenariat dans le secteur agroalimentaire, cet enseignant universitaire a indiqué que ce secteur recense au total 1,6 millions de personnes, soit 23% de la population active, au niveau de 23.000 entreprises dont 300 publiques.

Abordant le thème « l’agroalimentaire en Algérie, entre la préservation d’une sécurité alimentaire et la pérennité du secteur », Pr Chaib Baghdad a fait savoir qu’en moyenne 45 pc du budget familial est consacré à l’alimentation, alors que celles moins aisée consacrent plus de 50 pc à cette fin, sachant que 75% des besoins alimentaires sont importés en raison de l’insuffisance de la production agricole.

Entre autres entraves à l’industrie agroalimentaire, il a cité le modèle de consommation qui ne cadre pas avec les potentialités réelles existantes dans le secteur agricole, une certaine complexité et délicatesse de la ration alimentaire (penchant sur les céréales, sucre, café et huile) et l’insuffisance des entreprises spécialisées dans le domaine agroalimentaire.

Pour lui, l’élasticité de la demande et celle de l’offre peuvent relancer ce secteur en Algérie, faisant savoir que les pouvoirs publics ont effectué une autoévaluation du domaine, relancé le centre technique dédié aux industries agroalimentaires et insisté sur la vulgarisation et la sensibilisation autour de la sécurité alimentaire.

Pour sa part, le professeur émérite Jean-Louis Rastoin de Montpellier (France) a mis l’accent, dans sa communication intitulée « Quel positionnement stratégique pour les entreprises agroalimentaires  méditerranéennes », sur le paramètre de la durabilité dans cette stratégie.

La malnutrition, l’instabilité des prix, les changements climatiques et l’asymétrie dans le partage de la valeur créée constituent autant de qualificatifs pour le secteur agroalimentaire mondial, a-t-il indiqué, faisant savoir que les produits méditerranéens ou diète méditerranéenne sont reconnus mondialement.

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close