En direct

Seif Al-Islam : la défense demande la récusation du procureur de la CPI

       La défense de Seif Al-Islam a demandé à  la Cour pénale internationale (CPI) de récuser le procureur Luis Moreno-Ocampo  dans la procédure engagée contre le fils du défunt leader libyen Mouammar  Kadhafi, a-t-on appris samedi auprès de la CPI. "La défense de M. Seif Al-Islam Kadhafi demande respectueusement à la  chambre d’appel de récuser le procureur pour la présente affaire", a annoncé  Xavier-Jean Keïta, du bureau du conseil public pour la défense (OPCD) de la  CPI, nommé avocat de Seif Al-Islam par la Cour, dans un document daté de jeudi,  publié sur le site internet de la CPI.    "Il semble objectif de dire que l’impartialité du procureur peut  raisonnablement être mise en doute", a-t-il ajouté. Le procureur a fait des déclarations qui "semblent prédire le succès de la  demande libyenne d’irrecevabilité (…) ou qui contiennent des conclusions  catégoriques sur la culpabilité et la crédibilité de M. Kadhafi", a soutenu M.  Keïta, rappelant que Tripoli dispute à la CPI le droit de juger Seif Al-Islam.    L’avocat reproche notamment au procureur d’avoir participé à des  conférences de presse avec les autorités libyennes et d’avoir dit que le  procureur général libyen avait un dossier "solide" contre Seif Al-Islam.    Arrêté le 19 novembre 2011 dans le sud libyen, Seif Al-Islam, 39 ans, fait  l’objet d’un mandat d’arrêt de la CPI pour des crimes contre l’humanité commis  à partir du 15 février 2011 pendant la répression de la révolte populaire.    Le gouvernement libyen avait contesté mardi la compétence de la CPI pour  juger Seif Al-Islam, détenu par des révolutionnaires libyens à Zenten, à 180 km  au sud de Tripoli, demandant à la Cour de dire que la procédure contre le fils  de Mouammar Kadhafi devant la CPI est "irrecevable".    La CPI a indiqué dans une décision rendue publique que le procureur peut  présenter avant le 10 mai ses observations sur la requête de la défense.    Xavier-Jean Keïta a été désigné avocat de Seif Al-Islam par la CPI mais les  autorités libyennes avaient de leur côté annoncé le 23 avril avoir fait appel à  deux avocats d’un cabinet britannique pour assister le fils de M. Kadhafi  devant la Cour.
 
 Algerie – ennaharonline
 
 

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close