En direct

Sellal : les projets de réalisation de deux hôpitaux à Tamanrasset et In Salah maintenus

 Le Premier ministre Abdelmalek Sellal a annoncé jeudi à Alger que les travaux de réalisation de deux hôpitaux, l’un à Tamanrasset et l’autre à In Salah et pour lesquels une enveloppe budgétaire « importante » a été allouée, seront lancés dans les prochains jours.

 Répondant à la question orale d’un député de l’APN sur l’état de la santé dans la wilaya de Tamanrasset, M. Sellal a souligné dans sa réponse lue en son nom par le ministre des relations avec le parlement Tahar Khaoua, que « le feu vert a été donné pour la conclusion des transactions de réalisation entre la Direction de la santé et de la population de la wilaya de Tamanrasset et la société Cosider, les travaux devant être lancés dans les prochains jours ».

 Le Premier ministre a en outre souligné que les projets de réalisation d’un hôpital de 240 lits à Tamanrasset et d’un autre de 120 lits dans la wilaya déléguée de In Salah « sont parmi les projets publics importants qui ne sont pas concernés par les mesures d’annulation et de gel » précisant que « des instructions ont été données pour accélérer leur réalisation ». M. Sellal a ajouté qu’un budget « important » a été alloué aux deux projets. 

 Evoquant la stratégie du secteur pour la prise en charge des besoins en matière de santé dans la wilaya de Tamanrasset, le Premier ministre a rappelé que cette dernière visait essentiellement à « améliorer la qualité des soins de proximité au profit des populations du sud, renforcer le contrôle sanitaire au niveau des frontières, intensifier les programmes de prévention à travers la mise en place d’équipes médicales itinérantes pour la prise en charge des malades. »

 Cette stratégie, a encore précisé M. Sellal, tend par ailleurs à « assurer la ressource humaine spécialisée à travers la formation et en œuvrant à assurer la disponibilité des médicaments ».               

 A une autre question liée à l’introduction du diplôme d’ingénieur d’Etat en Agroalimentaire dans les concours de la fonction publique, M. Sellal a indiqué que « cette question ne posait aucun problème ni du point de vue juridique ni sur le plan pratique ».

 Il a rappelé à ce propos que les pouvoirs publics compétents ont exécuté en coordination avec les services de la Direction générale de la fonction publique et de la réforme administrative différentes opérations pour l’actualisation de la liste des spécialités requises pour rejoindre les corps du secteur de la fonction publique, conformément à la nomenclature des filières et spécialités du système LMD.

 « Les titulaires de ce diplôme pourront intégrer plusieurs grades en fonction de leur spécialité, d’autant que les services de la Direction générale de la fonction publique et de la réforme administrative ont défini l’équivalence administrative du diplôme d’ingénieur d’Etat en Agroalimentaire ».

 Concernant la post-graduation, M. Sellal a précisé qu’une chance a été accordée aux diplômés du système classique y compris les diplômés de l’Institut de la nutrition, de l’alimentation et des technologies agroalimentaires pour prétendre à un mastère dans les cursus de leurs spécialités, au niveau des établissements universitaires concernés. 

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close