En directAlgérie

Selon Mohamed Aissa l’imam est libre en Algérie et son prêche ne lui est pas dicté

Le ministre des Affaires religieuses et des wakfs, Mohamed Aissa a déclaré vendredi à Oran que l’Algérie n’accepte pas que l’on dicte son prêche à l’imam et il est libre de choisir le thème.

En effet, lors du forum du groupe de presse « Ouest Tribune, M. Aissa a déclaré que « ce qu’ils ont fait c’est procéder à la révision des méthodes pédagogiques de prêche, pour permettre à l’imam d’interagir avec les préoccupations et les exigences de la société et d’être alerte face aux différentes mutations ».

En outre, il a souligné que « l’Etat algérien veille à ce que l’imam soit un partenaire dans la stratégie nationale visant à faire face à toute tentative de division ou d’atteinte à l’unité nationale et l’objectif est de faire en sorte que le discours religieux s’inscrive en complémentarité avec le discours national ».

D’autre part,  M. Aissa a affirmé que « l’Algérie n’est pas convaincue par certains modèles expérimentés dans quelques pays ayant essayé de revoir le discours religieux au niveau des mosquées, au point de supprimer certains versets du coran et d’effacer l’identité musulmane ».

« La réussite des imams algériens délégués en France dans la protection de notre référence religieuse, fondée sur le principe de modération, et la lutte idéologique contre le discours extrémiste violent, en prônant les valeurs et principes de la réconciliation nationale, ont incité plusieurs pays dans le monde à venir en Algérie pour tirer profit de son expérience », a dit le ministre.

APS

 

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close