Monde

Sirop frelaté: 84 enfants tués au Nigeria

  •    Hamila, 36 ans, n’est qu’une des nombreuses mamans qui ont perdu un enfant ces trois derniers mois à travers le Nigeria à cause d’un sirop au paracétamol frelaté, "My Pikin", "mon petit" en pidgin local.
  •    Ce sirop était notamment recommandé pour les enfants en train de faire leurs dents, afin de soulager les douleurs de gencives.
  •    Sur 111 gamins de deux mois à 7 ans qui en ont pris, "My Pikin" a tué 84 fois et l’agence nationale de contrôle pour l’alimentation et les médicaments (NAFDAC) craint que ce bilan ne s’alourdisse.
  •    "Pour l’instant le bilan est de 84 morts recensés. Mais en raison de l’illétrisme et du fait que beaucoup de personnes pratiquent l’auto-médication faute de pouvoir se payer les hôpitaux, il est à redouter que d’autres enfants soient morts dans des villages sans que les décès soient rapportés", explique Abubakar Jimoh, le porte-parole de la NAFDAC.
  •    "J’ai perdu mon bébé de huit mois. Mon coeur me fait si mal", hoquète Hamila Mohammed. Sa fille est morte en novembre et elle jure que plus jamais elle ne donnera à ses deux autres enfants des médicaments fabriqués localement.
  •    Les enquêteurs sont remontés jusqu’à un laboratoire de Lagos, Barewa Pharmaceuticals. C’est le nombre anormalement élevé de déficiences rénales graves dans trois hôpitaux de Zaria (nord), Lagos et Ibadan (sud-ouest) qui avait alarmé les autorités.
  •    Dès les premiers cas d’empoisonnement en novembre, la NAFDAC a interdit le sirop à la vente, mais l’organisme confesse que retirer du marché un médicament dans ce pays gigantesque de plus de 140 millions est tout sauf facile.
  •    "Il faut retirer tous les lots de sirop suspects de tous les rayons de tous les magasins et de toutes les pharmacies à travers tout le pays", plaide Abubakar Jimoh. Jusqu’à présent 5.000 bouteilles du liquide mortel ont été récupérées.
  •    Le sirop était coupé avec du diéthylène glycol, un produit chimique utilisé dans le liquide de freins et le liquide de refroidissement des moteurs.
  •    A l’hôpital Ahmadu Bello de Zaria, sur 19 enfants admis, onze sont morts, dont la fille d’Hamila, indique à l’AFP un médecin du centre, Ishaq Sani.
  •    Dans l’Etat de Lagos, le ministre de la santé Jide Idris a fait état de 39 morts attribués à "My Pikin".
  •    Les propriétaires de Barewa Pharmaceuticals ont été arrêtés ainsi que ceux de la compagnie Tranxell qui avait fourni les produits toxiques incorporés au sirop.
  •    Ce que redoute désormais la NAFDAC c’est que Tranxell ait vendu les mêmes produits à d’autres laboratoires.
  •    "Nous essayons actuellement de nous en assurer et par précaution nous avons recommandé à tous les parents d’éviter pour l’instant tous les sirops au paracétamol et de se rabattre sur des comprimés, le temps de mener l’enquête", précisé M. Jimoh.
  •    Les yeux bouffis de sanglots, Hamila se demande ce que va faire le gouvernement. "Je vais attendre de voir s’il attaque les responsables en justice, comme il l’a fait pour Pfizer".
  •    Poursuivi dans le cadre de deux procès au Nigeria, le groupe pharmaceutique Pfizer est accusé d’avoir testé illégalement en avril 1996 un médicament contre la méningite appelé Trovan sur 200 enfants lors d’une triple épidémie de méningite, de rougeole et de choléra, ce qui aurait entraîné la mort d’au moins onze d’entre eux et des dommages physiques à 189 autres.
  • Ennaharonline/ AFP

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!