Monde

Somalie : attentat contre le palais présidentiel à Mogadiscio, le président indemne

Le palais présidentiel de Mogadiscio a  été visé vendredi par un spectaculaire attentat "commando" revendiqué par les  islamistes shebab qui a fait des morts mais dont le dirigeant somalien est sorti indemne, selon des responsables somaliens et onusiens. Une voiture piégée a d’abord explosé contre l’enceinte du complexe,  pourtant très sécurisé. Ont immédiatement suivi une dizaine d’hommes armés, qui ont pu pénétrer dans l’enceinte, ont rapporté des sources sécuritaires et des  témoins. Le gouvernement somalien a assuré avoir repris le contrôle de la situation après l’attaque. "Le président (Hassan Cheikh Mohamoud) vient de m’appeler pour dire qu’il n’était pas blessé", a déclaré sur Twitter le représentant spécial de l’ONU  pour la Somalie, Nick Kay, ajoutant que l’attaque avait coûté la vie à plusieurs autres personnes. Selon un haut responsable gouvernemental s’exprimant sous couvert  d’anonymat, un membre du cabinet du Premier ministre et un ancien chef-adjoint  des services de renseignements figurent parmi les victimes. "Selon les premières informations, une voiture piégée a heurté la grille et  explosé, puis des hommes armés ont suivi", a de son côté expliqué un policier,  Mohamed Ali.  Selon un témoin, Hussein Isa, un kamikaze a foncé à bord de la voiture remplie d’explosifs contre le mur d’enceinte. Un autre véhicule, avec à son  bord les hommes armés, a immédiatement suivi.  Des échanges de coups de feu ont alors été entendus, a poursuivi ce témoin,  qui se trouvait dans un bâtiment proche. Selon des journalistes de l’AFP présents à proximité du palais, les coups  de feu avaient cessé vers 12H00 GMT, mais la zone restait bouclée par les  forces de sécurité somaliennes et des soldats de la Force de l’Union africaine  en Somalie (Amisom).  "La situation est revenue à la normale, sous contrôle des forces de  sécurité", a affirmé le ministre de la Sécurité nationale, Abdikarim Hussein  Guled, devant la presse, affirmant que les forces de sécurité avaient "tué des  terroristes".
Attaques de plus en plus sophistiquées
 Les islamistes shebab, affiliés à Al-Qaïda et qui ont juré la perte des  autorités somaliennes, ont immédiatement revendiqué cette attaque. "Nos commandos ont attaqué le prétendu palais présidentiel pour tuer ou  arrêter ceux qui sont à l’intérieur", a déclaré à l’AFP leur porte-parole Aziz  Abu Musab. Il a expliqué que "l’assaut" envoyait le message "qu’aucun endroit n’est sûr pour le gouvernement apostat". "L’aéroport, le soi-disant palais présidentiel, comme tout autre endroit en  Somalie peuvent être attaqués suivant nos plans", a ajouté le porte-parole des  insurgés islamistes. Le président somalien, dont l’arrivée au pouvoir avait déclenché un vent  d’optimisme parmi la communauté internationale, avait déjà été la cible d’un attentat moins de 48 heures après son élection en septembre 2012. Des kamikazes s’en étaient pris à un hôtel où le nouveau chef de l’Etat  séjournait encore. Hassan Cheikh Mohamoud n’avait déjà alors pas été blessé. L’attaque de vendredi contre le palais présidentiel intervient également  une semaine à peine après un autre impressionnant attentat dans la capitale  somalienne, lui aussi revendiqué par les shebab.  Le 13 février, six personnes au moins avaient ainsi péri dans un attentat à la voiture piégée revendiqué par les islamistes et visant un convoi de l’ONU à  l’entrée du complexe lui aussi ultra-sécurisé de l’aéroport de Mogadiscio. Le complexe abrite notamment le quartier-général de l’Amisom, des bureaux  de l’ONU et des antennes diplomatiques occidentales. Une équipe de conseillers  militaires américains déployée depuis janvier en Somalie pour aider la force africaine y est également basée. Les shebab ont été chassés de la capitale somalienne en août 2011 par la  fragile armée somalienne et la force de l’ONU. Depuis, ils ont aussi perdu leurs bastions des sud et centre somaliens.  Mais ils continuent de contrôler de vastes zones rurales et, à Mogadiscio, de lancer des attaques de type guérilla de plus en plus sophistiquées, qui se sont multipliées ces derniers temps. Le 1er janvier 2014, un double attentat à la voiture piégée devant un hôtel  de la capitale, fréquenté par des responsables somaliens et étrangers en visite  dans la capitale somalienne, avait encore fait au moins onze morts. La Somalie est plongée dans le chaos et la guerre civile depuis la chute du  président Siad Barre en 1991.

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!