Monde

Soudan du Sud: nouvel échec des pourparlers de paix malgré les menaces de sanctions

   "J’ai le regret de vous informer que les discussions n’ont pas débouché sur les progrès nécessaires", a déclaré le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn, au nom de l’organisation intergouvernementale est-africaine Igad.

   La médiation régionale avait donné aux chefs des deux camps, le président Salva Kiir et son ancien vice-président Riek Machar, jusqu’au jeudi 5 mars pour parvenir à un accord. Une ultime prolongation, de quelques heures vendredi matin, n’a rien donné.

   "Les conséquences de l’inaction, c’est la poursuite de votre souffrance à vous, peuple du Soudan du Sud, et d’une guerre absurde dans votre pays", a ajouté le Premier ministre éthiopien dans une déclaration adressée à la population sud-soudanaise. "C’est inacceptable, à la fois moralement et politiquement".

   Hailemariam Desalegn a estimé que le processus de paix, entamé un mois après le début du conflit, devait désormais recevoir une nouvelle impulsion. Il a promis un "plan", à élaborer avec d’autres pays africains et au-delà, pour sortir de la crise.

   Le Premier ministre éthiopien n’a cependant donné aucun détail sur la suite du processus.

   Interrogé jeudi soir alors que les pourparlers allaient déjà dans le mur, un diplomate occidental impliqué dans les discussions avait laissé entendre que l’Union africaine (UA) pourrait désormais jouer un rôle, tout en laissant encore la main à l’Igad.

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close