Monde

Soudan: l'armée reprend aux rebelles une ville du Darfour, 4 civils tués

    Quatre civils ont péri dans des combats  entre des rebelles et l’armée soudanaise qui leur a repris une ville  stratégique du Darfour, une région de l’ouest du Soudan en proie aux violences,  a indiqué mardi la mission de paix conjointe Union africaine-ONU au Darfour  (Minuad).    Peu avant, un responsable de l’ONU avait demandé à Khartoum un accès  immédiat de ses équipes humanitaires à ce secteur, dans le Darfour-Sud, où des  milliers de personnes sont affectées par les combats depuis dix jours.    Les forces gouvernementales "ont pris le contrôle de la ville de Labado  (…) après des combats acharnés qui ont fait quatre morts et six blessés, tous  civils", a déclaré Aicha Elbasri, porte-parole de la Minuad.    Une faction de l’Armée de libération du Soudan (rebelles du Darfour) avait  affirmé mardi matin avoir résisté à une attaque gouvernementale pour reprendre  Labado, et affirmé qu’elle contrôlait toujours également la localité proche de  Muhagiriya.    La faction Minni Minnawi de l’ALS s’était emparée le 6 avril de Muhagiriya  et Labado, des localités situées à 100 km à l’est de Nyala, chef-lieu du  Darfour-Sud.    "La situation à et autour de Muhagiriya, bien que relativement calme,  demeure tendue", a indiqué Mme Elbasri, ajoutant que les civils blessés à  Labado étaient soignés dans une base locale de la Minuad.    L’ONU a indiqué lundi que les organisations humanitaires avaient été  prévenues par Khartoum que l’accès à la région n’était pas sûr.    Le coordinateur de l’ONU pour le Darfour, Ali Al-Zaatari, citant des  chiffres officiels, a indiqué mardi que quelque 36.000 personnes s’étaient  réfugiées autour des bases des casques bleus à Muhagiriya et Labado.    Selon M. Zaatari, qui s’est dit sérieusement inquiet du sort des civils  dans cette région, les rapports reçus par l’ONU font état "de nombreux cas de  diarrhée parmi les enfants qui requièrent une aide immédiate".    M. Zaatari a donc souligné que l’accès des travailleurs humanitaires était  nécessaire et pressé les autorités et la faction Minni Minnawi de l’ALS  d’"assumer leurs responsabilités pour protéger les populations civiles".    Pour Mark Cutts, chef au Soudan du Bureau de la coordination des affaires  humanitaires de l’ONU (Ocha), les derniers combats constituent "un revers pour  tous ceux qui travaillent à construire la paix et remettre le Darfour sur la  voie du développement".    Mais, a-t-il voulu souligner, certains secteurs de cette région sont  "relativement stables" et donc propices à la reconstruction.    Une conférence internationale sur le Darfour a réuni le 8 avril 3,6  milliards de dollars pour un plan de développement de cette région, dont plus  de 2,5 mds USD à la charge du gouvernement de Khartoum.    En 2003, des tribus se sont soulevées contre Khartoum pour dénoncer la  domination économique et politique des élites arabes, déclenchant un conflit  long et dévastateur.    Même si la violence a nettement baissé ces dernières années, les  affrontements se poursuivent entre rebelles et soldats, de même que les  accrochages entre tribus rivales, les enlèvements et les vols. 

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close