Sports

Sous les décombres, 5 soeurs victimes collatérales des raids israéliens

  • Cinq soeurs de la famille Baaloucha, Jawaher, 4 ans, Dina, 8 ans, Samar, 12 ans, Ikram, 14 ans et Tahrir, 17 ans, ont péri sous les gravats.
  •  
  • Blessé lui aussi, le père, Anwar, un chômeur de 37 ans, est sorti de l’hôpital lundi pour participer aux obsèques de ses filles.
  •  
  • S’appuyant sur deux parents, le corps couvert d’ecchymoses et de plaies, il avance lentement dans le cortège funèbre à Jabaliya. 
  •  
  • "On dormait lorsque j’ai entendu une énorme explosion et la mosquée s’est effondrée sur nous, d’un seul coup, raconte-t-il. J’étais avec ma femme, mon fils qui a un an et demi et ma fille de 15 jours dans une pièce et sept autres filles dans l’autre".
  •  
  • "Les voisins nous ont tirés des décombres", explique-t-il. Les parents, le fils et deux soeurs ont survécu.
  •  
  • Emu aux larmes, il laisse éclater sa colère. "Si un seul enfant israélien avait été tué, le monde entier se serait indigné et le Conseil de sécurité de l’ONU se serait réuni, tonne-t-il. Le sang de nos enfants n’a pas de valeur aux yeux du monde".
  •  
  • "C’est un crime de guerre, les dirigeants de l’ennemi doivent être traînés en justice", hurle le père endeuillé.
  •  
  • Le cortège funèbre composé de centaines de personnes suit d’étroites ruelles du camp en direction du cimetière. Les cinq corps, enveloppés du drapeau vert du Hamas, sont portés sur les épaules.
  •  
  • La foule scande des slogans invoquant l’aide de Dieu contre "Israël, l’Amérique et tous ceux qui complotent contre le peuple de Gaza".
  •  
  • Avant d’être mis en terre, le plus petit corps, celui de Jawaher, a été brièvement posé sur les gravats de la mosquée Imad Aqel, du nom d’un chef militaire du Hamas assassiné par Israël en 1993.
  •  
  • Un oncle des filles tuées, Nafez Baaloucha, 40 ans, prend ensuite la dépouille dans ses bras. "C’est un acte lâche perpétré par les forces d’occupation nazies. J’espère que cela servira de message pour briser le silence des pays arabes complices d’Israël", lance-t-il, les yeux embués par les larmes.
  •  
  • "Leur mère souffre d’une dépression nerveuse et elle est hospitalisée avec ce qui reste de ses enfants", ajoute-t-il.
  •  
  • Un des voisins, Hani Abou Youssef, affirme que les opérations de secours ont été entravés par une coupure de courant. "Nous avons réussi à ouvrir une brèche dans un des murs et on a sorti les parents et les plus petits, mais on a pas pu retrouver les autres filles en raison de l’obscurité", raconte-il.
  •  
  • Un autre voisin accouru sur le site affirme avoir "entendu des gémissements sous les gravats". "On a commencé à dégager les décombres et on a trouvé une fille encore en vie puis les corps de deux autres en pyjama. Ensuite nous avons retrouvé trois autres corps sous une couette, dans un coin de la pièce".
  •  
  • L’offensive israélienne contre le Hamas dans la bande de Gaza a fait depuis samedi au moins 57 morts civils, dont 21 enfants, parmi au moins 320 personnes tuées, a affirmé lundi l’ONU en citant des chiffres obtenus de sources hospitalières.
  •  
  •    
  • Ennahar/ AFP

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close