En directAlgérie

Les spécialistes appellent aux parents à vacciner leurs enfants contre la rougeole

Algérie-Les participants aux 1ères journées méditerranéennes de pédiatrie ont appelé, jeudi au terme de leurs travaux tenus au palais de la culture de Skikda, les parents « à faire preuve de responsabilité et vacciner leurs enfants contre à la rougeole ».

Dr. Abdellatif Bensenoussi, président de l’association algérienne de pédiatrie, a qualifié d’ « irresponsable » la décision, prise l’anné dernière par certains parents, de ne pas vacciner leurs enfants, estimant que leurs craintes étaient « injustifiées » car les études ont « prouvé que les cas de réactions allergiques au vaccin étaient extrêmement rares avec un cas pour un million » et pouvaient être pris en charge immédiatement au niveau des établissements sanitaires.

Soulignant qu’ »il n’existe pas une autres alternative au vaccin » qui est « obligatoire et nécessaire », le même praticien a estimé que c’est à cause de cette « obstination » des parents que des cas de rougeole sont apparus à Batna, Mostaganem et Alger.

« Les nouvelles complications, qui seraient dues au vaccin et qui s’étaient répandues alors, n’ont pas été prouvées à ce jour et ne peuvent être confirmées que par des spécialistes », a ajouté Dr. Bensenoussi. Selon la même source, le vaccin contre la rougeole a été introduit en Algérie en 1985 et « 18 millions d’Algériens ont été vaccinés depuis, sans que l’on signale de complications ».

De son côté, Pr. Mohamed Bejaoui, enseignant à la faculté de médecine de Tunis et chef du service pédiatrie au Centre national tunisien de greffe de la moelle osseuse, a estimé que l’anémie falciforme, maladie génétique répandue dans les pays maghrébins, apparaît chez les enfants dès les premiers trois mois avec pour symptôme majeur la pâleur.

Il a en outre relevé le grand niveau de coopération entre les équipes médicales du Maghreb dans le domaine des greffes de la moelle osseuse qui assure aux malades atteints d’anémie falciforme une guérison totale avec « des taux de réussite dépassant 90% ».

Cette rencontre, de deux jours qui a réuni des médecins de plusieurs wilayas du pays ainsi que du Maroc, de Tunisie, de France et de Mauritanie a donné lieu à l’adoption d’une série de recommandations appelant à la mise en place d’une « stratégie scientifique de suivi des évolutions modernes et la multiplication des manifestations scientifiques dans le cadre de la formation continue des praticiens ».

Il a été également préconisé la constitution d’un réseau de prévention des maladies transfrontalières et la proposition d’une convention entre les pays voisins pour la prise en charge des enfants atteints de maladies chroniques.

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close