Monde

Syrie: 15 morts, appel à évacuer femmes et enfants de Baba Amr, à Homs

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Au moins 15 personnes ont été tuées dans  des violences lundi en Syrie, notamment dans le bombardement de certains  quartiers de la ville rebelle de Homs, où des militants ont appelé à faire  évacuer femmes et enfants.  Neuf civils ont été tués dans le pilonnage de Homs, dont cinq dans le  quartier de Baba Amr, le plus visé depuis le début de l’offensive des forces du  régime le 4 février, et quatre dans celui d’Al-Malaab, rapporte l’Observatoire  syrien des droits de l’Homme (OSDH).  "Nous demandons qu’on nous permette de faire sortir les femmes et les  enfants de Baba Amr", a plaidé Hadi Abdallah, membre de la Commission générale  de la révolution syrienne.  "Les habitants vivent dans le froid et dans des conditions insoutenables,  ils attendent la mort", a-t-il affirmé à l’AFP, alors que plusieurs quartiers  de Homs sont assiégés et bombardés sans relâche depuis plus de deux semaines  pour y étouffer la contestation. Dimanche, M. Abdallah avait évoqué de "nouveaux renforts militaires  dépêchés en ville", craignant qu’ils ne soient utilisés pour lancer l’assaut  contre Baba Amr ou attaquer les autres quartiers rebelles de Homs, surnommée la  "capitale de la révolution" par les militants.    "Des renforts militaires sont arrivés hier (dimanche), il ne s’agit que de  soldats, pas de chars", a indiqué de son côté lundi Rami Abdel Rahmane, chef de  l’OSDH.    "Depuis le début de l’offensive, on évoque la possibilité d’un assaut mais  on ne sait pas quand il va se produire", a-t-il précisé.    Ailleurs dans le pays, un homme de 28 ans a été tué par des tirs en  provenance d’un barrage dans la province de Hama, autre bastion rebelle dans le  centre du pays, selon l’OSDH.    Dans cette même province, deux officiers de l’armée ont été tués dans des  heurts avec "un groupe armé terroriste", selon l’agence officielle Sana.    Et dans la province d’Idleb (nord-ouest), trois soldats de l’armée  régulière ont été tués quand un groupe de déserteurs ont détruit leur  transporteur de troupe.    A Damas, théâtre de manifestations sans précédent ces derniers jours, les  services de sécurité restaient en état d’alerte.    "Après la surprise des manifestations, le régime revoit ses calculs au  niveau de la sécurité", a estimé M. Abdel Rahmane, ajoutant: "Le régime ne  permettra pas à Damas de se soulever contre lui".    Samedi, les forces de sécurité avaient ouvert le feu sur les "15.000 à  20.000" participants aux funérailles de quatre manifestants abattus vendredi  par les troupes du régime dans le quartier de Mazzé, les premiers  protestataires tués au coeur de la capitale.    A un kilomètre seulement du palais présidentiel, le quartier de Mazzé abrite de nombreux bâtiments gouvernementaux, de sécurité et des ambassades.    Mais lundi, des jeunes ont osé hissé le "drapeau de l’indépendance" de la  Syrie sur le pont al-Jawzeh, à l’entrée sud de la capitale, selon une vidéo  postée par des militants.    On y voit deux jeunes faisant le signe de la victoire en montrant un grand  drapeau et deux autres se hisser sur des poteaux électriques pour faire de  même, avant que la vidéo ne soit interrompue par des tirs d’origine inconnue.    "C’est un acte de défi" a commenté M. Abdel Rahmane.

 

 

 

 Algérie- ennaharonline 

 

 

 

 

 

 

 

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

commentaires

commentaires

Voir plus

bilel messoudi

Journaliste-Rédacteur du site web ALG24 depuis décembre 2014
Dans la presse électronique depuis avril 2009. Spécialisé dans l’information de sports .
adresse: cité 722 logement sidi yaya – hidra alger
bilel-messoudi@ennaharonline.com

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *