En direct

Syrie: 15 observateurs sur le terrain, la trêve toujours violée

   

 Le médiateur Kofi Annan a plaidé pour un  déploiement "rapide" de la totalité des observateurs de l’ONU chargés du  respect de la trêve en Syrie où une quinzaine d’entre eux tentent de recueillir  des témoignages auprès de la population toujours exposée aux violences.    Mardi, au moins sept civils, dont quatre à Douma, près de Damas, ont été  tués par les tirs des forces de sécurité, selon l’Observatoire syrien des  droits de l’Homme (OSDH).    "Nous avons au total 15 observateurs en Syrie, certains sont basés à Homs  et Hama (centre), et d’autres sont à Damas d’où ils se rendront vers d’autres  localités", a déclaré mercredi à l’AFP, un responsable de l’équipe de l’ONU,  Neeraj Singh.    Selon des militants, les forces de sécurité syriennes ont délibérément pris  pour cibles des civils qui avaient approché des observateurs, harcelant,  arrêtant et tuant même certains d’entre eux. Des informations font état en  outre, selon eux, de la reprise des tirs après le départ des observateurs.    D’après une organisation syrienne de défense des droits de l’Homme, neuf  militants ont été sommairement exécutés dans la ville de Hama lundi, le jour  suivant leur rencontre avec les observateurs.    La secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton a exprimé son indignation.    "Il serait absolument déplorable que ce genre d’intimidations, de  harcèlements et de violences potentielles aient lieu contre des Syriens qui ont  tout à fait le droit de rencontrer et de discuter avec les observateurs. C’est  justement pour cette raison qu’ils ont été envoyés" en Syrie, a-t-elle souligné.    L’envoyé spécial de l’ONU et de la Ligue arabe pour la Syrie, Kofi Annan, a  indiqué mardi au Conseil de sécurité que la situation en Syrie continuait  d’être "inacceptable".    "Des mesures sont nécessaires pour le déploiement rapide de la mission car  cela pourrait avoir un impact positif sur la situation" a rapporté M. Annan,  dont les propos ont été rapportés à l’AFP par un diplomate s’exprimant sous  couvert d’anonymat.    Le chef des opérations de maintien de la paix des Nations unies, le  Français Hervé Ladsous, a indiqué que 100 observateurs des 300 observateurs non  armés prévus par la résolution 2043 du Conseil de sécurité de l’ONU adoptée le  21 avril, se trouveront en Syrie dans un mois, dont 30 d’ici la fin de la  semaine.    Mais selon l’ambassadrice américaine à l’ONU Susan Rice, le gouvernement  syrien refuse les observateurs de l’ONU venant de pays membres du groupe des  Amis de la Syrie qui compte 83 pays dont les Etats-Unis, la France, le Royaume  Uni, l’Allemagne, l’Arabie saoudite et le Qatar.    L’opposition syrienne a souhaité de son côté que la réunion de la Ligue  arabe prévue jeudi au Caire ouvre la voie à une résolution du Conseil de  sécurité de l’ONU sous le chapitre 7, qui permet d’imposer des mesures à un  pays, y compris par la force.    "Le régime syrien défie la Ligue arabe et le Conseil de sécurité en  refusant d’appliquer l’initiative arabe et le plan de l’émissaire international  Kofi Annan. Face à cette attitude, la Ligue arabe doit avoir une position ferme  et ne pas croiser les bras", a dit Burhan Ghalioun, le chef du Conseil national  syrien (CNS), principale coalition de l’opposition syrienne.    La Ligue arabe a convoqué jeudi une réunion extraordinaire des ministres  des Affaires étrangères pour examiner notamment le dossier syrien.    Selon l’agence officielle Sana, la Syrie a fait échouer mercredi une  infiltration de "terroristes" dans le village de Khirbet al-Joze, dans la  région d’Idleb (nord-ouest) depuis la Turquie voisine. "Un terroriste a été  tué", selon Sana.    "La communauté internationale va continuer à faire pression sur Assad et  son régime aussi longtemps qu’ils continueront à massacrer leur propre peuple  et à refuser une transition politique", a encore dit Mme Clinton.    Les violences en Syrie ont fait au moins 11.100 morts en plus de 13 mois  d’une révolte populaire qui s’est peu à peu militarisée face à la répression,  selon l’OSDH.
 
 
  Algerie – ennaharonline
 
 

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!