En direct

Syrie: à Genève, régime et opposition ont affiché leurs désaccords

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Opposition et régime syriens ont affiché leurs profonds désaccords au terme d’une semaine de discussions à Genève et la délégation du gouvernement a laissé planer un doute sur la suite dans l’attente de consulter Damas.Pendant ce premier face-à-face d’une semaine depuis le début de la guerre il y a près de trois ans, les deux parties ont campé sur leurs positions, le régime insistant sur le fait qu’il ne voulait pas céder sur la transition politique et l’opposition clamant que Damas était «contraint à négocier» sur cette question centrale.Ces pourparlers, lancés sous la pression des Etats-Unis, alliés de l’opposition, et de la Russie, soutien du régime, devraient reprendre «en principe» le 10 février, selon l’émissaire international, Lakhdar Brahimi, par l’intermédiaire duquel les deux parties ont «dialogué» pour la première fois dans une même salle depuis le 25 janvier.Alors que ces discussions, souvent stériles, se déroulaient, environ 1.900 personnes ont été tuées durant cette période dans les bombardements et les combats dans différentes provinces syriennes, selon une ONG.Lakhdar Brahimi a affirmé que la conférence dite de Genève II était un «début très modeste, mais c’est un début (…) sur lequel on peut construire», au cours d’une conférence de presse vendredi. Relevant «quelques points de convergence» et soulignant que «les deux parties ont pris l’habitude de s’asseoir dans la même pièce», M. Brahimi a toutefois reconnu que «ce fut un démarrage très difficile» et qu’il n’y avait «pas de doute que les positions importantes étaient très éloignées».Du côté des Etats-Unis, le secrétaire d’Etat américain John Kerry a souligné que Damas devait respecter «ses obligations globales, légales et internationales». «Le monde est témoin d’une catastrophe humaine qui se déroule chaque jour sous nos yeux», a-t-il insisté.En outre, les onze principaux pays du Groupe des Amis de la Syrie (Egypte, France, Allemagne, Italie, Jordanie, Qatar, Arabie Saoudite, Turquie, Emirats arabes unis, Grande-Bretagne, Etats-Unis), qui soutiennent l’opposition syrienne, ont accusé vendredi le régime de Damas d’être «responsable de l’absence de réel progrès» et d’avoir pratiqué «l’obstruction», dans un communiqué publié à Paris. «Nous sommes scandalisés par la poursuite du régime de sa stratégie +mourrez de faim ou rendez vous+ qui empêche des centaines de milliers de personnes à Damas, Homs ou ailleurs de recevoir de la nourriture ou des médicaments», ajoute le communiqué.«Nous avons demandé des instructions pour savoir si nous retournerons à Genève», a déclaré à la presse le chef de la diplomatie syrienne Walid Mouallem. «Le président Bachar al-Assad lira d’abord notre rapport, il discutera avec nous et le gouvernement et ensuite nous prendrons la décision», a affirmé le ministre.Mais d’ores et déjà, les deux parties ont réaffirmé leurs positions presque irréconciliables, notamment sur la transition politique en Syrie.

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

commentaires

commentaires

Voir plus

bilel messoudi

Journaliste-Rédacteur du site web ALG24 depuis décembre 2014
Dans la presse électronique depuis avril 2009. Spécialisé dans l’information de sports .
adresse: cité 722 logement sidi yaya – hidra alger
bilel-messoudi@ennaharonline.com

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *