Monde

Syrie: Amnesty appelle les grandes puissances à ne pas sacrifier les droits de l'homme

   

Amnesty International a appelé vendredi  les dirigeants internationaux qui participeront samedi à une réunion du Groupe  d’action sur la Syrie à ne pas sacrifier les droits de l’homme au profit d’un  règlement politique de la crise dans ce pays.    Dans un communiqué publié à Londres, l’organisation humanitaire a pressé  les participants à cette réunion de "ne mener aucune politique consistant à  décréter, comme élément d’un plan de paix quel qu’il soit, une amnistie ou une  mesure similaire concernant des crimes tombant sous le coup du droit  international".    "Arrêter les tueries doit être la priorité de tous, mais il serait  immensément préjudiciable que la communauté internationale soit tentée d’offrir  l’impunité aux personnes responsables de crimes contre l’humanité ou de crimes  de guerre", déclare Amnesty.    "La politique de l’ONU est qu’il ne doit pas y avoir d’amnistie pour pour  des crimes relevant du droit international", souligne l’organisation.    En plus de 15 mois de révolte contre le pouvoir du président syrien Bachar  al-Assad, les opérations de répression et les combats entre armée et forces  rebelles ont fait plus de 15.800 morts, en majorité des civils, selon  l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).    Les Etats-Unis, la Russie, la Chine, la Grande-Bretagne, la France, l’Irak,  le Qatar, la Turquie et le Koweït doivent participer à la réunion de Genève au  niveau des ministres des Affaires étrangères.
 
 

 

Algerie – ennaharonline

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!