En direct

Syrie: les Etats-Unis n'écartent plus d'armer les rebelles

Les Etats-Unis ont pour la première fois  publiquement envisagé jeudi d’armer les rebelles syriens alors que les combats  en Syrie se sont déplacés aux abords de Banias, ville à majorité alaouite,  communauté dont est issu le président Bachar al-Assad.    Alors qu’aucune issue au conflit n’est en vue en raison des divisions au  sein de la communauté internationale, le secrétaire américain à la Défense  Chuck Hagel a reconnu du bout des lèvres que Washington n’écartait plus la  possibilité de fournir des armes à l’opposition.    Les Etats-Unis se cantonnent jusqu’à maintenant à une aide humanitaire et  "non létale" aux rebelles.    "Cela ne veut pas dire qu’on va ou veut le faire. Ce sont des options qui  doivent être envisagées avec les partenaires, avec la communauté  internationale", a déclaré le ministre américain lors d’une conférence de  presse conjointe avec son homologue britannique Philip Hammond.    "Nous n’avons à ce stade pas fourni d’armes aux rebelles, mais nous n’avons  jamais dit que nous ne le ferons pas", a renchéri le ministre britannique.    Sur le terrain, des combats se sont déroulés dans la région côtière de  Banias, les premiers depuis le début du conflit en mars 2011. Ils ont eu lieu  notamment à Bayda, un des villages sunnites bordant le sud de la ville, selon  l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).    "Au moins sept soldats ont été tués et 20 autres ont été blessés dans les  combats entre rebelles d’une part et l’armée et les forces pro-régime alaouites  d’autre part qui assiègent Bayda depuis ce matin", indique l’OSDH, parlant des  "premiers (combats) du genre dans la région de Banias".    L’agence officielle Sana, citant un haut responsable, a rapporté elle que  l’armée "a tué des terroristes dans les villages de Mirqab et Bayda ainsi que  dans le quartier (sunnite) de Ras el Nabah" à Banias. Le régime assimile les  rebelles à des "terroristes".    L’OSDH fait en outre état d’"exécutions sommaires" à Bayda commises par  l’armée et des milices pro-régime, à l’arme blanche et avec des armes à feu,  disant craindre un "massacre".    La région de Banias est majoritairement alaouite avec une population  sunnite dans les villages bordant le sud de la ville. Les rebelles sont eux en  grande majorité sunnites.   Les trois principales villes de la côte, Banias, Lattaquié et Tartous, et  leurs régions, représentent le "pays alaouite" d’où est issu M. Assad et des  analystes avancent le scénario d’un repli du président syrien vers ce réduit en  cas de la chute de son régime.    Plus à l’est, l’armée, appuyée d’officiers iraniens et du mouvement chiite  libanais Hezbollah, resserrait l’étau autour des rebelles à Homs (centre),  selon l’OSDH.

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close