En direct

Syrie: les négociations échouent à Homs, pas d'évacuations samedi

  Les négociations de la Croix-Rouge et du  Croissant rouge syrien avec les autorités et les opposants syriens ont échoué,  empêchant toute évacuation du quartier rebelle de Baba Amr pilonné samedi pour  le 22ème jour, au lendemain d’un appel international à cesser les violences.    Les violences en Syrie ont fait samedi 94 morts, dont 68 civils, selon un  dernier bilan communiqué samedi soir par l’Obervatoire syrien des droits de  l’Homme (OSDH).    Vendredi, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et le Croissant  rouge arabe syrien (CRAS) étaient parvenus pour la première fois à faire sortir  des blessés, mais samedi, les évacuations, notamment des deux journalistes  blessés et des corps de leurs confrères tués, ont été à nouveau retardées.    "Les négociations (…) n’ont pas abouti à des résultats concrets  aujourd’hui. Il n’y aura donc pas, malheureusement, d’évacuation d’urgence  aujourd’hui", a affirmé le porte-parole du CICR à Damas Saleh Dabbakeh.    Une journaliste étrangère impliquée dans ces négociations a affirmé à l’AFP  qu’à deux reprises les ambulances étaient arrivées à Baba Amr mais avaient été  bloquées par des membres de l’Armée syrienne libre (ASL).    Selon elle, l’ASL, qui regroupe les déserteurs, a accusé le régime d’avoir  arrêté neuf blessés évacués la veille, le CICR a alors enquêté et "cela était  totalement faux".    Les négociations doivent toutefois reprendre pour évacuer les dépouilles de  la reporter américaine Marie Colvin et du photographe français Rémi Ochlik,  tués mercredi dans un bombardement, ainsi que la journaliste française Edith  Bouvier et le photographe britannique Paul Conroy, blessés dans la même attaque.    Réunis vendredi à Tunis, la soixantaine de ministres des Affaires  étrangères du groupe des "Amis de la Syrie", boycotté par Moscou et Pékin, a  appelé à l’arrêt immédiat des violences et à de nouvelles sanctions en Syrie,  mais a temporisé sur le déploiement d’une force Arabes-ONU de maintien de la  paix.    Et si la Tunisie et le Qatar ont plaidé pour une "force arabe", dans le  adre de la Ligue arabe, la France a estimé qu’elle devrait auparavant obtenir  "le feu vert" du Conseil de sécurité de l’ONU.    Téhéran, absent à Tunis et principal allié régional de Damas, a réaffirmé  son opposition à une intervention militaire, assurant ne pas envoyer d’armes ni  intervenir militairement en Syrie contrairement à ce qu’affirment les  Occidentaux.    Les "Amis de la Syrie" ont par ailleurs reconnu le Conseil national syrien  (CNS, opposition) comme "un représentant légitime des Syriens qui cherchent un  changement démocratique pacifique", s’engageant à fournir "un soutien effectif"  à l’opposition, tandis que l’Arabie saoudite approuvait l’idée de l’armer.    La secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton a jugé la réunion  "totalement satisfaisante", mais la Chine s’est félicitée qu’elle ait surtout  permis de "rejeter toute intervention étrangère"    Dans la première réaction officielle, le ministre de l’Information Adnane  Mahmoud a raillé la réunion "des amis de Washington et des ennemis de la Syrie".    Malgré les violences ininterrompues, le régime a maintenu le référendum de  dimanche sur une nouvelle Constitution, qui supprime la prééminence du parti  Baas mais maintient de très larges prérogatives au chef de l’Etat. L’opposition  a appelé au boycottage.    "Où êtes-vous, la conférence des Amis de la Syrie? Ici Baba Amr est  bombardé pour le 22e jour consécutif comme si vous n’existiez pas", a lancé un  homme dans une vidéo montrant une explosion diffusée samedi sur YouTube.    Dans la province de Homs, six civils, dont un adolescent de 14 ans, ont été  abattus à Talbisseh, un enfant a été tué par un sniper à Houlé et un homme à  péri à Rastane, selon l’OSDH.    Ailleurs, les forces de sécurité ont tué neuf civils dans la province de  Deraa, berceau de la contestation dans le sud, et six personnes à Azaz, dans  l’agglomération d’Alep (nord), en marge de combats contre des déserteurs qui  ont tué seize soldats à travers le pays, a ajouté l’OSDH.    A Alep même, la police a tiré sur les 4.000 participants aux funérailles  d’un civil tué vendredi, selon des militants joints par l’AFP.    Et huit civils sont morts lorsque l’armée a pris d’assaut plusieurs  villages de la province de Hama (centre), selon l’OSDH.    Au total, les violences ont fait au moins 7.600 morts en 11 mois de révolte  contre le régime de Bachar al-Assad, selon l’OSDH.    "J’ai vu la souffrance inutile, la cruauté, la méchanceté, la souffrance  des enfants, des familles, c’est insupportable, c’est honteux, les gens meurent  et on (la communauté internationale) ne fait rien", a raconté vendredi soir à  Paris le Pr Jacques Bérès, un chirurgien humanitaire de retour de Homs.    La ville a subi "de gros dégâts, ce n’est pas tout à fait Berlin lors de la  seconde Guerre mondiale, ce n’est pas encore Beyrouth, mais ça va le devenir",  a-t-il ajouté, insistant sur les pénuries d’eau et d’électricité. "C’est comme  dans un film de guerre, un film lourd avec du sang partout".
 
 
 
 Algérie- ennaharonline
 
 
 
 
 
 

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close