Monde

Syrie: Mélenchon contre des frappes, dénonce l'hypocrisie des discours

Le co-fondateur du Parti de Gauche (PG) Jean-Luc Mélenchon a qualifié d’erreur d’éventuelles frappes en Syrie contre l’organisation Etat islamique (EI, Daech), dénonçant par ailleurs l’hypocrisie des discours sur la question des réfugiés.

   L’ex-candidat à l’Elysée a parlé de l’attitude ridicule du président François Hollande, qui doit se prononcer lundi lors de sa conférence de presse sur des frappes aériennes anti-EI en Syrie.

   “Ce n’est plus Bachar el-Assad qu’il veut bombarder, c’est Daech. Comment? Daech étant par définition une organisation infiltrée dans les populations civiles”, a commenté Mélenchon sur France 5. “On commence par discuter avec ceux qui font la guerre, c’est-à-dire notamment avec Bachar el-Assad. L’attitude des Russes est beaucoup plus sensée que celle de n’importe qui”, a-t-il développé. “Cet été, les Russes ont reçu sans les Occidentaux la totalité des protagonistes de cette zone”.

    Alliée de la Syrie, la Russie a accueilli en août une délégation de l’opposition syrienne tolérée par le régime de Damas, après avoir reçu le chef de la coalition de l’opposition syrienne, Khaled Khoja. Le président syrien est la racine du problème, a déclaré M. Khoja, ajoutant qu'”Assad n’a aucun rôle à jouer dans le futur de la Syrie”.

   Mélenchon a demandé une consultation de l’Assemblée nationale française avant toute initiative en Syrie. Il a par ailleurs dénoncé la profonde hypocrisie des discours sur l’accueil des réfugiés. “Cette année, l’Allemagne va recevoir 800.000 réfugiés, tant mieux, bravo, car il faut accueillir ces gens-là, a déclaré l’auteur au printemps d’un pamphlet anti-allemand, “Le Hareng de Bismark”. 

AFP  

commentaires

commentaires

Tags
Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *