Monde

Syrie: Pékin et Moscou montent au créneau, plus de 150 morts ce week-end


    La Chine et la Russie, alliées de Damas,  sont montées au créneau lundi contre les critiques occidentales face à la  répression de la contestation en Syrie, où les violences ont encore fait plus  de 150 morts ce week-end.    A Homs (centre), la Croix-Rouge et les diplomates espéraient pouvoir  évacuer lundi des blessés, dont deux journalistes étrangers, après plusieurs  jours de négociations.    La reprise des bombardements dans cette ville a tué quatre civils lundi  matin, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), qui a  également fait état de la mort de deux civils quand un obus est tombé sur leur  voiture dans la province d’Idleb (nord-ouest).    De plus, des dizaines de personnes ont été blessées après un déploiement  militaire près d’al-Qaryateine et une forte explosion à l’entrée de Rastane,  deux localités de la province de Homs, selon la même source.    A Alep (nord), des dizaines de miliciens pro-régime sont entrés dans la  faculté dentaire pour disperser un sit-in de centaines d’étudiants, et dans un quartier de l’ouest de Damas, les forces de sécurité ont tiré des grenades  lacrymogènes pour disperser les "milliers" de participants aux funérailles de trois manifestants tués dimanche, a ajouté l’OSDH.    Face à la poursuite de la répression, l’Union européenne a officiellement  adopté un 12e train de sanctions contre la Syrie, visant essentiellement sa  Banque centrale dans l’espoir de restreindre les voies de financement du régime.    La Chine a qualifié lundi d’"inacceptables" les propos de la secrétaire  d’Etat américaine Hillary Clinton, qui a appelé à pousser Pékin et Moscou à  "changer de position" sur la Syrie, après les veto empêchant le Conseil de  sécurité de l’ONU de condamner la répression.    "Le monde extérieur ne devrait pas imposer son supposé plan de solution de  la crise au peuple syrien", a déclaré le ministère chinois des Affaires  étrangères.    Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a fustigé le  "caractère unilatéral" de la conférence des "Amis de la Syrie" vendredi à  Tunis, boycottée par Moscou et Pékin.    Et dans un article publié lundi à Moscou, le Premier ministre russe  Vladimir Poutine a dénoncé l’attitude "cynique" de l’Occident.    Les Occidentaux "manquent de patience pour élaborer une approche  équilibrée" à l’égard de la Syrie, a insisté M. Poutine, expliquant qu’il  aurait suffi de "demander que l’opposition armée fasse la même chose que les  forces gouvernementales", c’est-à-dire de cesser le combat et se retirer des  villes.    Au cours du week-end, Mme Clinton s’est pourtant montrée très réticente à  un engagement plus direct en Syrie, assurant qu’une intervention militaire  risquait de précipiter le pays dans la guerre civile et que livrer des armes à  l’opposition pourrait revenir à aider Al-Qaïda et le Hamas, qui ont apporté  leur soutien à la lutte contre le président Bachar al-Assad.    Pour la première fois, les autorités du Kurdistan irakien ont annoncé lundi  avoir accueilli ces deux derniers jours 30 soldats syriens kurdes ayant  déserté, qui ont reçu le statut de réfugiés.    Dans le même temps, le dépouillement se poursuivait après le référendum  dimanche sur une nouvelle Constitution instaurant le pluralisme politique après  50 ans d’hégémonie du Baas, un scrutin raillé par l’opposition et par  l’Occident en raison des violences qui n’ont pas faibli dans le pays.    Au cours des deux derniers jours, plus de 150 personnes ont été tuées à  travers le pays, plus d’une centaine de civils dans des opérations de sécurité  et 46 membres des forces de l’ordre dans des combats contre des déserteurs,  selon l’OSDH.    A Homs, Abou Bakr, un militant joint par l’AFP, a assuré que M. Assad  cherchait à répéter le massacre commis en 1982 par les forces de son père à  Hama (à 50 km au nord de Homs), qui avait fait entre 10.000 et 40.000 morts  selon les estimations.    "Ils pensent que s’ils tuent tout le monde, ils tueront également la  révolution", a-t-il déclaré, évoquant à nouveau les conditions humanitaires  désastreuses des habitants et affirmant ne plus avoir pour sa part que de l’ail et des oignons à manger.    Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) est entré à Hama et a  distribué de l’aide à 12.000 personnes, a déclaré lundi à l’AFP un porte-parole  de l’organisation humanitaire, ajoutant que le CICR n’avait plus eu accès depuis le 17 janvier à cette ville elle aussi touchée par les violences.    Parallèlement, le CICR et des diplomates français, britanniques et polonais  (qui représentent les intérêts des Etats-Unis depuis la fermeture de  l’ambassade américaine à Damas) tentaient toujours d’évacuer des blessés de  Homs, dont la journaliste française Edith Bouvier et le photographe Britannique  Paul Conroy, ainsi que les dépouilles de leurs deux collègues tués mercredi.    Le président français Nicolas Sarkozy a affirmé lundi que "l’amorce d’une  solution" était en train de s’esquisser pour ces évacuations, tout en précisant  que la situation à Homs était "extrêmement complexe" et "tendue".
 
 
Algérie- ennaharonline

 
 

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close