En direct

Syrie: prochaine visite de Benjamin Netanyahu en Russie

Le Premier ministre israélien Benjamin  Netanyahu doit évoquer la question d’une livraison prévue de missiles à la  Syrie par la Russie au cours d’une visite à Moscou qu’il doit effectuer avant  la fin mai, a rapporté samedi le quotidien Haaretz.    M. Netanyahu "va se rendre à Moscou dans les deux prochaines semaines et  rencontrer le président Vladimir Poutine", affirme le journal israélien sur son  site internet, citant un responsable israélien. "MM. Netanyahu et Poutine vont  discuter des ventes d’armes russes à la Syrie, en particulier la vente de  systèmes de missiles anti-aériens S-300", a-t-il précisé.    Interrogé par l’AFP, le cabinet de M. Netanyahu s’est refusé à tout  commentaire.    Israël a mené la semaine dernière deux raids aériens en Syrie qui, selon un  responsable israélien, visaient à empêcher le transfert d’armes au mouvement  chiite libanais Hezbollah, allié du régime syrien et bête noire de l’Etat  hébreu.    Le Wall Street Journal a rapporté mercredi qu’Israël a transmis des  informations à Washington au sujet de la vente imminente à la Syrie de  batteries de missiles sol-air russes S-300, des armes ultra-modernes qui  peuvent détruire des avions ou des missiles guidés.    Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré vendredi  que Moscou finalisait les livraisons de ses missiles de défense aérienne à la  Syrie.    La Russie "a signé des contrats et finalise les livraisons en vertu des  contrats signés. Ceci n’est interdit par aucun accord international", a-t-il  déclaré devant la presse.    La guerre civile en Syrie a déjà fait plus de 70.000 morts et plus d’un  million de réfugiés depuis mars 2011 et suscite de plus en plus les craintes  d’un débordement dans la région.   Le secrétaire d’Etat américain John Kerry a estimé jeudi que la livraison  de missiles russes à la Syrie serait "potentiellement déstabilisante" pour la  région.    De son côté, le Premier ministre britannique David Cameron a discuté  vendredi avec Vladimir Poutine des "options possibles" pour régler la crise en  Syrie. Il a indiqué que même si les points de vue différaient, leurs deux pays  cherchaient le même but, mettre fin au conflit et enrayer l’extrémisme en Syrie. 

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close