En direct

Syrie: raids aériens sur la ville de Qousseir

L’armée de l’air syrienne menait  dimanche d’intensifs bombardements sur la ville de Qousseir, place forte des  rebelles dans le centre de la Syrie, a rapporté l’Observatoire syrien des  droits de l’Homme (OSDH) qui craint une offensive d’envergure.    "Après deux jours d’accalmie, l’aviation bombarde violemment la ville de  Qousseir depuis les premières heures du matin", a indiqué Rami Abdel Rahmane,  directeur de l’organisation qui s’appuie sur un large réseau de militants et de  sources médicales et militaires.    "Il semble que cela soit des préparatifs à une opération d’envergure",  a-t-il ajouté.    "Une pluie d’obus s’abat sur la ville, parallèlement à des tirs  d’artillerie et de mortier depuis l’aube, il y a des maisons qui sont détruites  et qui brûlent", affirme de son côté la Commission générale de la révolution  syrienne, un réseau de militants sur le terrain.    Depuis plusieurs semaines, l’armée, appuyée par des combattants du puissant  parti chiite libanais armé Hezbollah et des miliciens pro-régime, tente de  prendre la ville de Qousseir, qui échappe au contrôle du régime du président  Bachar al-Assad depuis plus d’un an.    Récemment, ces forces sont parvenues à prendre plusieurs villages aux  alentours de Qousseir, située dans la province centrale de Homs et sur l’axe  stratégique reliant la capitale Damas au littoral.    Dans cette même région, la localité rebelle de Dabaa était également visée  depuis la nuit par de violents raids, accompagnés de combats acharnés au sol  entre rebelles et soldats, selon l’Observatoire. L’armée a bombardé également  Boueida al-Charqiya, autre village sous le contrôle des insurgés.    Pour tenter de trouver une issue au conflit, qui a fait depuis mars 2011  plus de 94.000 morts selon l’OSDH, la communauté internationale s’active  actuellement pour tenter d’organiser en juin à Genève une conférence de paix  réunissant les grandes puissances, les pays arabes, l’opposition et Damas.    Le président Bachar al-Assad a martelé son refus de quitter le pouvoir dans  un entretien à des médias argentins, laissant même entendre qu’il serait  candidat en 2014 à sa propre succession. 

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close