En direct

Syrie: Washington n'a pas conclu à l'utilisation d'armes chimiques

     Les Etats-Unis ne sont "pas parvenus à  la conclusion" que le régime du président syrien Bachar al-Assad avait utilisé  des armes chimiques, une éventualité "inacceptable", et soutiennent une enquête  pour faire la lumière sur cette question, a déclaré mardi la Maison Blanche.    "Nous soutenons une enquête, nous surveillons (cette affaire) et nous ne  sommes pas parvenus à la conclusion que (des armes chimiques) ont été  utilisées", a précisé le porte-parole de l’exécutif américain, Jay Carney,  après que le renseignement militaire israélien eut évoqué une telle utilisation  par Damas.    "Il est important que nous fassions tout ce qui est possible pour  surveiller, enquêter et vérifier toute déclaration digne de foi, étant donné  les conséquences énormes pour les Syriens, et étant donné les déclarations  claires du président (Obama) sur le fait que le recours à des armes chimiques  serait inacceptable", a ajouté M. Carney lors de son point de presse quotidien.    "Nous continuerons à surveiller de près les armes chimiques, en coopération  avec des (pays) amis et alliés qui partagent notre inquiétude. Nous pensons que  les stocks d’armes chimiques restent contrôlés par le gouvernement syrien",  a-t-il aussi expliqué, en refusant de donner davantage de détails, classifiés  selon lui.    Il a aussi rappelé que les Etats-Unis soutenaient "une enquête des Nations  unies sur l’utilisation possible d’armes chimiques en Syrie. Le régime Assad  l’a bloquée. Et je pense que cela montre le manque de bonne foi de la part du  régime Assad".    Plus tôt mardi, le général Itaï Brun, chef du département de recherche et  d’analyse au sein de la division du renseignement de l’armée israélienne, avait  accusé le régime Assad d’"utiliser des armes chimiques" dans sa guerre contre  les rebelles.    "Pour autant que nous le sachions en fonction de notre expertise, le régime  a utilisé des armes chimiques mortelles contre les rebelles au cours d’une  série d’incidents ces derniers mois", a-t-il dit, selon une retranscription de  ses propos fournie par l’armée israélienne.    Le secrétaire d’Etat John Kerry a de son côté indiqué mardi que le Premier  ministre israélien Benjamin Netanyahu n’avait pas pu lui confirmer  l’utilisation par la Syrie de telles armes.    "J’ai parlé ce matin d’ici (à Bruxelles) au Premier ministre Netanyahu. Je  crois juste de dire qu’il n’était pas en position de confirmer ceci dans notre  conversation", a déclaré à la presse M. Kerry, en visite à Bruxelles pour une  réunion de l’Otan. 

commentaires

commentaires

Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *