En direct

Tentatives pour exiler Assad en Russie, combats près de Damas

 Les Occidentaux chercheraient à convaincre  la Russie d’accorder l’asile politique au président syrien Bachar al-Assad  confronté à une révolte sans précédent après 12 ans de pouvoir, alors que de  violents combats se déroulaient dans la banlieue de Damas et à Homs.    "Les pays occidentaux, et en premier lieu, les Etats-Unis, tentent de  manière active de persuader Moscou d’accueillir le dirigeant syrien et de lui  accorder l’asile politique", selon le quotidien russe Kommersant, citant une  source diplomatique russe.   Mais, selon cette source, la Russie, allié de premier plan de Damas, "n’a  pas pour projet d’accueillir" le chef de l’Etat syrien, tandis qu’une source  proche du Kremlin estimait que le président avait "environ 10% de chance de  rester au pouvoir".    Pour sa part, la Chine a demandé mardi que soit appliqué au plus vite  "l’esprit" de l’accord sur la Syrie conclu samedi à Genève, qui demande au  régime et à l’opposition de s’entendre sur la formation d’un gouvernement de  transition.    "La Chine pense que l’urgence est que le communiqué du groupe d’action sur  la question syrienne soit mis en oeuvre", a déclaré le porte-parole du  ministère chinois des Affaires étrangères, Liu Weimin.    Samedi à Genève, les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de  l’ONU (Etats-Unis, Chine, Russie, France, Grande-Bretagne) ainsi que la Turquie  et des pays représentant la Ligue arabe se sont accordés sur les principes  d’une transition en Syrie, où la révolte contre le régime de M. Assad, lancée  en mars 2011, s’est transformée en conflit armé.    Après la réunion, les participants ont divergé sur l’interprétation de  l’accord, Washington estimant qu’il ouvrait la voie à l’ère "post-Assad",  tandis que Moscou et Pékin, pays également allié de Damas, réaffirmaient qu’il  revenait aux Syriens de déterminer leur avenir.    Par ailleurs, une source russe citée par l’agence de presse Interfax a  soutenu que l’avion turc abattu le 22 juin par la Syrie avait "provoqué" la  défense antiaérienne syrienne, en violant "deux fois" l’espace aérien de ce  pays.    "L’équipage ne pouvait être guidé que par un seul motif, celui de tester le  système de défense antiaérienne syrienne", a souligné cette source.  L’information n’a pas été confirmée officiellement à Moscou.    Depuis la destruction de son appareil, un F-4 Phantom, la Turquie affirme  que l’avion se trouvait dans l’espace aérien international, alors que Damas  vance qu’il était entré dans son espace aérien.    Le président Assad a regretté mardi cet incident en rejetant les  accusations d’Ankara selon lesquelles la défense syrienne a intentionnellement  abattu le F-4 turc qui était, selon la Turquie, en mission d’entraînement  au-dessus de la Méditerranée.
 
 
 

Algerie – ennaharonline

 
   

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!