En direct

Terrorisme international: Arrestation d’une coiffeuse à Oran

  • Présentée ensuite devant le juge d’instruction, pour complément des déclarations portées sur le PV, cette dernière, qui travaille comme coiffeuse à Oran avant de partir pour l’Egypte, a reconnue y avoir été en contacte avec une cellule terroriste féminine activant dans toutes les organisations terroristes dans le monde y compris El Qaïda.
  • Ce réseau terroriste féminin serait dirigé par le Mossad israélien. Le noyau du réseau se trouve en Egypte et dans quelques pays du Golfe. Les éléments du réseau sont formés par le Mossad pour assassiner les personnalités internationales qu’Israël veut éliminer. Cette dame bénéficiait de fortes sommes d’argent en contrepartie elle devait exécuter certaines décisions. Elle se serait déplacée dans plusieurs pays arabes, entre autres l’Irak et le Koweït d’où elle fut expulsée avec d’autres femmes de nationalités différentes, soupçonnées par les autorités koweïtiennes.
  • Pour atteindre les personnalités visées, les membres du réseau terroriste féminin, fréquentent les lieux fréquentés par ces personnalités et prennent des photos les impliquant dans des situations difficiles pour les faire chanter ensuite, et faire tout ce que le Mossad leur ordonne de faire. La coiffeuse algérienne, qui possède aussi la nationalité égyptienne, est revenue en Algérie après un passage en Irak où elle aurait été en contact avec l’organisation El Qaïda à l’époque de Zarkawi. Elle y aurait reçu des entraînements.
  • Elle serait revenue en Algérie dans le but d’assassiner des symboles nationaux, des personnalités importantes de l’Etat, des cadres supérieurs de l’armée et même des candidats au présidentielles avant qu’elle ne change d’avis.
  • Elle se serait mariée à un cadre de l’armée nationale afin qu’elle puisse s’infiltrer dans les milieux de l’armée et des hautes personnalités utilisant le nom de son mari pour mettre en exécution ses plans d’assassinat mais tout tombe à l’eau après son divorce. Elle a déjà été emprisonnée en Algérie après avoir écopée de une année de prison dans une affaire par l’ambassade du Koweït en Algérie pour refus de délivrance d’un visa. L’enquête est toujours en cours pour en savoir plus avant son procès en justice.
  • Ennahar/ Omar El Farouk

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!