Monde

Thaïlande: rejet d'une Constitution soutenue par la junte, report probable des élections

Un conseil de réforme nommé par la junte au pouvoir en Thaïlande a rejeté dimanche un projet de Constitution visant pour ses défenseurs à sortir de l’instabilité politique, un non qui risque de prolonger la mainmise de l’armée sur le pays et retarder les élections.

  Le projet de nouvelle loi fondamentale, la 20e depuis l’abolition de la monarchie absolue en 1932, avait essuyé les foudres de l’opposition qui lui reprochait d’être facteur de divisions et de viser à prolonger le règne de la junte.

  Mais le rejet du texte par le conseil de réforme national (CRN) aura pour conséquence de relancer le processus tortueux de rédaction d’un nouveau texte, ce qui pourrait retarder d’autant des élections déjà repoussées à la mi, voire à la fin 2016. Sur 240 participants, 135 ont dit non au texte et 105 se sont prononcés en sa faveur, a dit Tienchai Kiranan, le président du CRN.

  En prenant le pouvoir par un coup d’Etat en mai 2014, la junte avait promis de donner un nouvel élan à la Thaïlande. La junte dirigée par Prayut Chan-O-Cha assure qu’une nouvelle Constitution est essentielle pour rapprocher les Thaïlandais avant les élections.

  Le royaume est partagé entre les démocrates favorables aux partis populistes créés par l’ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra, renversé par un coup d’Etat en 2006, et une élite royaliste, soutenue par l’armée et la justice.

Afp 

commentaires

commentaires

Tags
Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *