Monde

Tiananmen, 20 ans après

  •    "Les autorités chinoises ont rejeté toutes les tentatives visant à faire la lumière sur la répression militaire qui a provoqué des centaines de morts et de blessés en juin 1989. A l’approche du vingtième anniversaire des manifestations, les autorités ont même renforcé la répression envers les militants et les avocats", a indiqué Amnesty dans un communiqué diffusé depuis son siège à Londres.
  •  
  •    "Le gouvernement chinois n’a publié officiellement aucun chiffre mais plusieurs organisations non gouvernementales estiment qu’au moins 20, peut-être jusqu’à 200 personnes sont encore détenues en relation avec les manifestations pro démocratie de 1989", ajoute l’organisation dans une lettre ouverte à Wu Bangguo, président du Parlement chinois et numéro deux du Parti communiste.
  •  
  •    "Les autorités chinoises devraient immédiatement relâcher ces prisonniers", a plaidé Roseann Rife, directrice adjointe pour l’Asie Pacifique d’Amnesty International.
  •  
  •    "En pleine crise économique mondiale, le gouvernement chinois a prouvé qu’il était capable de leadership en stabilisant le système économique de la planète. Mais quand il s’agit de protéger les droits de l’homme, le gouvernement chinois n’arrive pas à être à la hauteur des attentes", a regretté Roseann Rife, cité dans le communiqué. 
  •  
  •    Aucun bilan officiel n’est disponible sur la répression du mouvement de la place Tiananmen. 241 personnes seraient mortes, selon la Municipalité de Pékin, plusieurs milliers, selon des défenseurs des droits de l’Homme.
  •  
  •    
  • Ennaharonline/ AFP

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close