En directAlgérie

TIK TOK, le jeu de la dépravation sexuelle ! Comment ça marche ?

Algérie – Le ministère de l’Éducation tire la sonnette d’Alarme. Après la Baleine Bleu, ou le « Blue Whale Challenge », une application vient menacer la santé mentale, voire la vie des jeunes, notamment scolarisés. Son nom : TIK TOK.

Il s’agit d’une application développée par une entreprise chinoise, lancée en septembre 2016. Elle compte plus de 500 millions d’utilisateurs à travers le monde. Cette application mobile permet de filmer, monter, partager et visionner des vidéos ou des clips. L’utilisateur choisit une chanson et se filme par-dessus en faisant semblant d’interpréter le titre. Il a liberté de le faire comme il veut.

L’euphorie créant la surenchère, les ados n’arrivent plus à distinguer les limites morales, voire dangereuse vers lesquels ils sont menés !

C’est ainsi qu’à la recherche de faire plus que l’autre, ces deniers n’hésitent pas à se montrer toujours plus audacieux, toujours plus excessifs. Ce qui les pousse à se filmer dans des positions de plus en plus sexuellement suggestives. Ces vidéos sont ensuite exploitées par des prédateurs sexuels pour les faire chanter. De plus, dans leur quête de buzz, ces mêmes jeunes prennent de plus en plus de risque, exposant leur vie à des dangers mortels.

En Algérie, comme dans le monde, TIK TOK est devenu presque une obsession pour les jeunes écoliers. Rappelons qu’une centaine de jeunes ados s’étaient donnés la mort en se suicidant à travers le monde et plusieurs autres avaient été sauvés in extremis d’une mort certaine.

Le ministère de l’Education Alerte !

« Tik Tok, qui est une plateforme médiatique sociale qui, à l’image des autres plateformes connues comme Facebook, Twitter et Instagram, constitue un danger surtout pour les mineurs. Elle permet le partage des représentations artistiques (chants, danses, clowneries, imitations, défis…) sous la forme de courts extraits vidéo ». C’est ce qu’on peut lire sur une note envoyée par le département de Benghabrit à toutes les directions de l’éducation de wilayas et à tous les établissements scolaires.

Datée du lundi 13 janvier 2019, la note porte le numéro 36 et est signée par le secrétaire général du ministère de l’Éducation Abdelhakim Belabed. Ce dernier explique que la facilité de partage des extraits explique le danger de TIK TOK. « En ce sens, des défis sont proposés par les utilisateurs de l’application, souvent inconnus pour certains. Cela peut exposer leurs vies au danger. Il y a aussi des positions immorales et incorrectes pouvant exposer les jeunes et les mineurs à du chantage et à l’exploitation de la part de délinquants et de rabatteurs », est-il détaillé.

Lire aussi : Algérie : L’application TikTok met en alerte le département de Benghabrit

 

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close