En direct

Tramway d’Alger : Entrée en service dimanche du 1er tronçon

  •    Ce tronçon de 7,2 km reliera le quartier de Bordj El Kiffan à Bab-Ezzouar, dans la banlieue Est non loin de l’aéroport, zones les plus peuplées de la capitale. 
  •  
  •    Dans sa totalité, la ligne de tramway devrait transporter quotidiennement 185.000 voyageurs vers 38 stations sur une distance de 23,2 km, quand il sera achevé à une date encore indéterminée.
  •  
  •    Quant au métro d’Alger en construction depuis des décennies, les autorités ont promis qu’il commencera à fonctionner cette année également, probablement en novembre.
  •  
  •    La circulation du tramway commencera à 06h00 et prendra fin à 21h00 et le tarif du billet est fixé à 20 dinars (0,2 cent d’euro) dans l’attente des tickets magnétiques attendus en juillet.
  •  
  •    Ses 12 rames, espacée l’une de l’autre de 12 minutes, transporteront quotidiennement entre 10.000 et 15.000 personnes, selon les responsables du projet cités par l’agence APS. L’intervalle devrait être réduit d’ici un an à une rame toutes les quatre minutes.
  •  
  •    Parmi les 26 premiers conducteurs formés figurent deux femmes.
  •  
  •    En prévision de sa mise en service, de nombreux services de la wilaya (préfecture) d’Alger, depuis les forces de l’ordre jusqu’aux entreprises publiques sont mobilisés pour "permettre aux riverains de se familiariser avec ce nouveau mode de transport en toute sécurité", a indiqué M. Tou.
  •  
  •    Une campagne de sensibilisation a été menée par l’Entreprise Métro d’Alger (EMA) et l’ETUSA pour amener les habitants à préserver leur tramway. 
  •  
  •    Des spots publicitaires sont diffusés depuis quelques jours sur les chaînes de la télévision et de la radio nationales pour conseiller aux piétons et les conducteurs de véhicules de "s’éloigner des rails au passage du tramway et de ne pas toucher aux câbles électriques".
  •  
  •    Les travaux de construction, lancés en 2007, sont réalisés par les entreprises Alstom (France) pour la partie système ainsi que Todini (Italie) et ETRHB (Algérie) pour le génie civil. Son coût global a été estimé à 35 milliards de dinars (350 millions d’euros environ). 
  •    
  • Ennaharonline

commentaires

commentaires

Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *