Monde

Tripoli rejette le cessez-le-feu

  •    "C’est la preuve que (Kadhafi) ne veut pas la paix, il veut infliger au peuple libyen le plus de dommages possibles avant de quitter le pouvoir", a déclaré à la presse Moustapha Gheriani.
  •  
  •    Vendredi, Tripoli a rejeté les conditions posées par le Conseil national de transition (CNT), organe de direction de la rébellion, pour un cessez-le feu: liberté de parole pour les Libyens vivant dans l’ouest contrôlé par l’armée et surtout retrait des forces de Kadhafi des villes qu’elles contrôlent.
  •  
  •    Le porte-parole du CNT a admis que les réticences de la communauté internationale à livrer des armes à la rébellion "pourrait prolonger plus longtemps la guerre", tout en indiquant que les armes peuvent aussi parvenir à la rébellion par d’autres canaux.
  •  
  •    Mais se posera ensuite l’apprentissage du maniement de ces armes, a-t-il dit.
  •  
  •    "Ca prend du temps d’entraîner un soldat… Parfois, ça demande six mois. Cela nous prendra-t-il six mois? Peut-être pas mais ça demandera du temps".
  •  
  •    "Nous sommes moins armés (que les forces de Kadhafi), mais nous sommes le peuple", a-t-il conclu.
  •  
  •    Depuis le début de la rébellion, le 15 février, les insurgés ont gagné du terrain dans l’Est mais ont dû, à deux reprises déjà, reculer devant les contre-offensives de l’armée régulière à la puissance de feu supérieure. Seules les frappes aériennes de la coalition internationale, maintenant relayée par l’Otan, ont ralenti l’avancée des forces pro-Kadhafi vers Benghazi.
  •    
  • Ennaharonline

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!