En direct

Tunis réclame toujours l'extradition de Ben Ali malgré le silence de Ryad

    Les autorités tunisiennes souhaitent  toujours que soit extradé l’ex-président déchu Ben Ali, réfugié en Arabie  Saoudite, une requête à laquelle Ryad n’a jamais répondu, a indiqué mardi le  porte-parole du gouvernement cité par l’agence officielle TAP.    "Nous comptons sur la coopération des pays frères et amis pour le règlement  définitif de cette question", a précisé le porte-parole, Samir Dilou, lors  d’une conférence à Tunis sur la Cour pénale internationale.    "Le gouvernement s’active actuellement pour mettre fin à l’impunité des  principaux responsables de la corruption", a-t-il ajouté.    Tunis a demandé à deux reprises à Ryad l’extradition de Zine El Abidine Ben  Ali et de son épouse Leïla, qui a fui son pays le 14 janvier 2011 sous la  pression de la rue. Les autorités saoudiennes n’y ont jamais répondu.    Leïla Ben Ali s’est dit prête, dans un entretien paru dimanche dans le  quotidien français Le Parisien, à affronter la justice de son pays à certaines  conditions.    "Pour l’instant, il n’y a que haine et vengeance", a-t-elle déclaré,  souhaitant que ses proches, "présumés coupables à cause de leur nom" aient  "droit à une justice équitable".    Plusieurs autres membres de la famille du président déchu sont recherchés  par la justice tunisienne, comme son beau-frère Belhassen Trabelsi, réfugié au  Canada, et son gendre Mohamed Sakher El-Materi, qui a pris la fuite avec son  épouse et leurs deux filles vers le Qatar. Les deux hommes sont accusés d’être  impliqués dans des affaires de corruption.    Après que le gouvernement tunisien dirigé par l’islamiste Hamadi Jebali a  autorisé l’extradition de l’ex-Premier ministre libyen al-Bagdadi al-Mahmoudi  vers Tripoli, des voix se sont élevées pour exiger que la justice tunisienne  puisse aussi poursuivre les piliers de l’ancien régime.    Leïla Trabelsi Ben Ali a déjà été condamnée par contumace à 35 ans de  prison pour détournement de fonds en juin 2011, puis à 15 ans de plus pour  détention d’armes, stupéfiants et pièces archéologiques un mois plus tard.    Condamné pour les mêmes faits, l’ex-président a aussi été jugé pour sa  responsabilité dans la sanglante répression des manifestations de janvier 2011  et vient d’être condamné à la prison à vie.
 
 
 

Algerie – ennaharonline

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!