Monde

Tunisie : Azyz Amami, blogueur célèbre, crie à un coup monté de la police

"Je ne détenais pas de matière stupéfiante, je n’avais rien du tout. J’ai été arrêté et agressé" par les policiers, a-t-il dit au juge du tribunal de Tunis.

   Le magistrat lui a demandé alors s’il accusait la police d’avoir glissé le cannabis sur lui, ce à quoi l’accusé a répondu "oui monsieur".

   M. Amami a refusé de se soumettre à un test de dépistage de cannabis, estimant que cela porterait "atteinte à son intégrité".

   Il a souligné que dans ces écrits avant et après la révolution il dénonce les exactions des policiers. Il a rappelé avoir accusé les agents de La Goulette, banlieue tunisoise où le blogueur a été arrêté dans la nuit du 12 au 13 mai, d’avoir incendié leur propre commissariat durant la révolution.

   En début de soirée et après les plaidoiries de plus d’une dizaine d’avocats dénonçant les conditions de l’arrestation du blogueur, le juge a indiqué se retirer pour délibérer. La sentence devrait être connue dans la soirée ou la nuit.

   M. Amami et l’un de ses amis arrêté avec lui risquent de un à cinq ans de prison pour "détention et consommation de stupéfiants".

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!