En direct

Tunisie: Mehdi Jomaâ annonce ne pas avoir réussi à former un gouvernement

    
Mehdi Jomaâ a annoncé samedi soir ne pas  avoir présenté au chef de l’Etat la composition de son gouvernement faute de  consensus, alors que ce cabinet devait sortir la Tunisie d’une profonde crise  politique.    "Je suis venu (à la présidence) pour présenter la liste, mais j’ai choisi  de ne pas le faire aujourd’hui pour aboutir à un consensus", a-t-il dit.    "Peut-être que je serai chargé (de nouveau de former un cabinet), peut-être  que ce sera une autre personne", a-t-il ajouté.    Ce ministre sortant de l’Industrie avait été choisi en décembre par la  classe politique, après de longues négociations, pour former un cabinet  apolitique à même de conduire la Tunisie vers des élections en 2014 et de la  sortir de la profonde crise politique provoquée par l’assassinat en juillet du  député d’opposition, Mohamed Brahmi.    Nommé formellement le 10 janvier, le délai de quinze jours pour composer  son équipe expirait dimanche.    Expliquant son échec, M. Jomaâ a souligné que son "but est de trouver des  consensus, le dialogue se poursuit encore"    "De mon côté, ma liste est prête, elle comprend des ministres de haute  qualité mais la situation sécuritaire, sociale et économique nécessite le  consensus", a-t-il dit.    "Nous ne sommes pas loin de la solution, nous continuons encore les  concertations", a déclaré encore M. Jomaâ.    Selon des médias et politiques tunisiens, le principal problème concerne  l’identité du ministre de l’Intérieur.    Certaines forces, dont les islamistes d’Ennahda, majoritaires à  l’Assemblée, et M. Jomaâ, militaient pour le maintien de Lotfi Ben Jeddou, en  poste depuis mars 2013. D’autres estimaient qu’il devait quitter ses fonctions  car il a servi dans l’équipe sortante, dirigée par Ennahda.    L’annonce de l’échec de M. Jomaâ intervient à la veille du vote d’adoption  de la future Constitution, en cours d’élaboration depuis plus de deux ans.    La transition post-révolutionnaire de la Tunisie a été considérablement  ralentie par un climat de méfiance entre les islamistes d’Ennahda et leurs  détracteurs, l’essor de groupes jihadistes ainsi que de profonds problèmes  économiques et sociaux, déjà à l’origine de la révolution de janvier 2011. 

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!