Monde

Tunisie: reprise du procès en appel de meneurs du mouvement social à Gafsa

  •    Les prévenus, des syndicalistes incarcérés pour la plupart, sont jugés pour les troubles ayant secoué la région au premier semestre 2008 sur fond de chômage et corruption.
  •  
  •    La Chambre criminelle à la Cour d’appel de Gafsa a commencé l’interrogatoire des prévenus, dont Adnane Hajji, porte-parole du mouvement, et de certains co-détenus condamnés en première instance à des peines allant jusqu’à dix ans de prison.
  •  
  •    Selon leurs avocats, les accusés ont revendiqué leur adhésion à une protestation "pacifique" et affirmé avoir participé à un dialogue avec les autorités pour résoudre les problèmes sociaux de la région.
  •  
  •    Ils ont nié avoir participé à des actes de violence attribués à "des provocateurs" et se sont plaints de mauvais traitements, ont indiqué à l’AFP des avocats joints par téléphone à Gafsa.
  •  
  •    A l’ouverture du procès le 13 janvier, la défense avait demandé des expertises médicales pour 25 détenus s’affirmant victimes de torture, selon Me Chokri Belaid.
  •  
  •    Le 11 décembre, 38 accusés avaient été jugés par un tribunal de première instance, qui en avait relaxé cinq et condamné d’autres par défaut, dont le Franco-Tunisien Mohieddine Cherbib, coordinateur d’un comité de soutien aux habitants de Gafsa en France.
  •  
  •    La plupart avaient été jugés coupables "d’entente criminelle portant atteinte aux personnes et aux biens" et "rébellion armée", lors des troubles matées par l’armée après la mort par balles d’un manifestant à Redeyef, près de Gafsa.
  •  
  •    Un avocat mandaté par le barreau de Paris et la Fédération internationale des droits de l’Homme, ainsi que des observateurs et syndicalistes de France, d’Algérie et du Maroc étaient présents à la reprise des audiences.
  •  
  •    L’agitation dans le bassin minier de Gafsa, producteur de phosphate, avait été déclenchée en janvier 2008 par le trucage d’un concours d’embauche à la compagnie des phosphates, principal employeur de la région au taux de chômage élevé.
  •  
  • Ennaharonline/ AFP

commentaires

commentaires

Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *