Monde

Tunisie: tous les prisonniers politiques ont été libérés

  •    "Les derniers prisonniers politiques en Tunisie ont été libérés mercredi", a précisé Me Ben Omar, ajoutant qu’"au total, environ 800 prisonniers politiques ont retrouvé la liberté, par groupes depuis lundi soir".
  •  
  •    "Entre 300 et 400 ont été libérés mercredi", a-t-il poursuivi, affirmant que "les prisons tunisiennes se sont ainsi vidées des prisonniers politiques".
  •  
  •    Ces libérations ont eu lieu en vertu d’une amnistie générale décrétée le 20 janvier par le gouvernement intérimaire, six jours près la chute du régime autoritaire de Zine El Abidine Ben Ali.
  •  
  •    "Il reste cependant une dizaine de prisonniers de droit commun mais qui ont été condamnés sous le régime de la loi sur le terrorisme, et que nous allons continuer à évoquer avec les autorités", a indiqué Me Ben Omar.
  •  
  •    "C’est un pas positif du gouvernement intérimaire" qui a répondu à "nos demandes, défendues depuis plusieurs années et incluant des victimes de la loi sur le terrorisme, appliquée par le régime de Ben Ali pour dire qu’il était à la pointe de la lutte contre le terrorisme", a ajouté l’activiste.
  •  
  •    Les membres d’un groupe de 30 salafistes, dont Saber Ragoubi, condamné à mort, pour "terrorisme", figurent parmi les prisonniers libérés, a affirmé Me Ben Omar.
  •  
  •    Huit co-accusés de M. Ragoubi étaient condamnés à la perpétuité et certains de 19 autres prévenus avaient écopé de peines allant jusqu’à 30 ans.
  •  
  •    Les membres du groupe avaient été jugés coupables d’implication dans les accrochages armés qui avaient eu lieu entre décembre 2006 et janvier 2007, au sud de Tunis, et qui avaient fait 14 morts, dont un officier et un agent de sécurité, selon un bilan officiel.
  •  
  •    La plupart d’entre-eux avaient été inculpés notamment pour assassinat et adhésion à l’association terroriste "Jound Assad Ibn Fourat" dont les dirigeants, un Mauritanien et trois Tunisiens, étaient morts dans les affrontements.
  •  
  •    L’amnistie générale pour les prisonniers politiques était entrée en vigueur le 19 février après la promulgation d’un décret-loi par le président de transition, Foued Mebazaa.
  •    
  • Ennaharonline

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!