Monde

Turquie : au moins 30 morts et 126 blessés dans la double explosion d'Ankara

 Les rebelles tentaient samedi de regagner le terrain perdu la veille face aux jihadistes du groupe Etat islamique (EI) dans la province septentrionale d’Alep, selon une ONG.

 Par ailleurs, une puissante explosion a secoué samedi la localité d’al-Bab, place forte de l’EI au nord d’Alep. Elle a détruit un dépôt et une fabrique d’armes appartenant aux jihadistes. L’origine de l’explosion n’a pas encore été déterminée mais des avions survolaient la ville au moment de la déflagration, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

 Durant la nuit, des rebelles islamistes, dont le puissant groupe Ahrar al-Cham, ont repris le village de Tall Soussine et des combats se déroulaient pour le contrôle de Tall Qrah, deux localités au nord d’Alep, sur une route stratégique pour les insurgés car elle conduit vers la Turquie, l’un de leur principal allié dans la région.
L’EI, maître d’un territoire à cheval entre la Syrie et l’Irak voisin, se trouvait vendredi à un peu plus de 10 km de la périphérie nord de la ville d’Alep et à 3 km de la zone industrielle de Cheikh Najjar, aux mains du régime.

 Lors de l’offensive de ce groupe ultra-radical vendredi, des dizaines de jihadistes et de rebelles ont trouvé la mort, selon l’OSDH, qui n’était toutefois pas en mesure de donner un bilan des pertes humaines durant les combats de la nuit dernière.

 Dans la même province, l’Observatoire a fait état de violents combats entre les forces du régime et l’EI autour de l’aéroport militaire de Kweires, assiégé par les jihadistes depuis mai. Selon l’OSDH, les soldats et les miliciens prorégime attaquaient le groupe jihadiste dans plusieurs villages autour de la base pour desserrer l’étau.

 L’EI a pris position vendredi à la lisière d’Alep, deuxième ville de Syrie, grâce à une percée éclair contre les rangs des rebelles sur la défensive en raison des frappes russes qui les visent principalement depuis le 30 septembre.

 L’intervention de Moscou est critiquée par l’Occident qui l’accuse de vouloir secourir son allié Bachar el-Assad plutôt que de combattre les jihadistes. L’Observatoire a affirmé samedi que les avions russes ont mené plusieurs frappes durant la nuit dans les provinces de Lattaquié, Hama et Idleb, où se trouvent des places fortes des rebelles islamistes alliés au Front Al-Nosra, branche syrienne d’el-Qaëda, alors que la présence de l’EI y est limitée.

 En outre, les frappes russes à Idleb ont détruit une base appartenant à la division 13 qui avait reçu des armes américaines. D’autres frappes ont visé le nord de la province de Lattaquié et le nord-ouest de la province centrale de Hama. En outre, selon la télévision syrienne, l’aviation du régime Assad est également intervenue samedi contre la province de Hama.

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close