Monde

Turquie – Israël: le climat se dégrade

  •    La Turquie a interdit de survol deux avions militaires israéliens, après l’assaut, le 31 mai, d’un commando israélien sur la flottille d’aide humanitaire à Ghaza, au cours duquel neuf ressortissants turcs ont été tués.
  •    "Il y a eu deux demandes de vols et nous les avons refusées toutes deux", a déclaré mardi une source diplomatique turque, parlant sous le couvert de l’anonymat.
  •    "Cela ne signifie pas que nous allons les refuser dans l’avenir, mais nous allons les prendre au cas par cas", a-t-elle ajouté, confirmant que les vols civils ne sont pas concernés.
  •    Le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan avait annoncé lundi une interdiction de survol portant sur un avion, et la presse turque avait fait état dans la soirée d’une deuxième interdiction.
  •    Le porte-parole du ministère turc des affaires étrangères, Burak Özügergin, a pour sa part adressé devant la presse une nouvelle mise en garde à Israël, ancien allié stratégique avec lequel Ankara avait signé des accords de coopération militaire en 1996.
  •    "Nous l’avons déjà dit, nous prendrons des mesures, si nos demandes ne sont pas satisfaites", a-t-il menacé.
  •    La Turquie, membre de l’Otan, a déjà exclu début juin Israël de manoeuvres aériennes conjointes, et a rappelé son ambassadeur à Tel Aviv.
  •    Elle réclame de ce pays des excuses, des dommages pour les familles des victimes, une enquête internationale sur le raid, la libération des trois navires turcs saisis pendant l’opération, et la fin du blocus de Ghaza.
  •    M. Erdogan, qui dirige un gouvernement issu de la mouvance islamiste, a évoqué cette question avec le président américain Barack Obama en marge du G20, le week-end dernier à Toronto (Canada).
  •    Selon une source diplomatique turque, le gouvernement américain pourrait plaider avec succès la cause de son allié turc concernant des excuses, des dommages et la restitution des bateaux, mais il n’est pas "optimiste" concernant l’acceptation par Israël d’une enquête internationale.
  •    Israël a lancé lundi les travaux de sa propre commission d’enquête sur le raid, récusée par la Turquie.
  •    L’entretien Obama – Erdogan en marge du G20 a été "glacial", assure l’analyste et journaliste Mehmet Ali Birand, généralement bien informé.
  •    "Obama est très déçu du vote" de la Turquie, qui a dit non à de nouvelles sanctions contre l’Iran, au Conseil de sécurité des Nations Unies. Washington n’a pas compris comment un allié de l’Otan a pu voter contre les Occidentaux, a expliqué M. Birand à l’AFP.
  •    Les Etats-Unis et plusieurs pays occidentaux, notamment l’Italie, se sont inquiétés récemment de l’évolution de la diplomatie de la Turquie, pays candidat à l’Union européenne mais qu’ils voient se déplacer vers l’est, l’Iran, la Syrie, voire le Soudan.
  •    Ils redoutent de perdre un précieux allié musulman, situé stratégiquement entre Europe, Proche Orient et Asie centrale.
  •    "Obama a téléphoné à Erdogan juste avant le vote" au Conseil de sécurité, dont la Turquie est membre non permanent, et il a pris le "non" turc comme "une attaque personnelle", assure M. Birand.
  •    "La Turquie va maintenir la pression sur Israël jusqu’aux élections" législatives du printemps 2011, prévoit-il, estimant que ces attaques répétées servent les intérêts électoraux du régime islamo conservateur à Ankara.     
  •    
  • Ennaharonline
  •  
  •  
  •  

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close