En direct

Un collectif berbère en Europe met en garde sur la situation à Ghardaïa

Le collectif des mozabites (berbères) en Europe a dénoncé jeudi "l’inconscience" des autorités algériennes accusées de passivité face aux tensions meurtrières qui agitent la région de Ghardaïa (sud de l’Algérie) depuis décembre dernier. "Toutes les lignes rouges ont été franchies encore une fois malgré les  promesses des autorités locales et nationales de rétablir l’ordre", critique le collectif dans un communiqué, alors que de nouveaux affrontements entre Arabes et Berbères dans la région ont fait un mort mercredi.  Au total, quatre personnes ont été tuées et plus de 200 blessées dans les  heurts qui secouent Ghardaïa (600 km au sud d’Alger) depuis décembre.  Affrontements, destructions de biens, fermetures d’écoles et magasins: les  tensions se sont multipliées entre les communautés berbère (majoritaire dans la région) et chaamba (arabe). "Ceci démontre l’inconscience des autorités locales et nationales, en particulier le wali de Ghardaïa et le ministre de l’Intérieur, qui a toujours minimisé les événements", poursuit le collectif, en estimant que "la  responsabilité de la Présidence de la République, du gouvernement et des  services de sécurité est entièrement engagée". "A l’approche de l’élection présidentielle du 17 avril, il semble que les mozabites sont devenus otages des luttes de pouvoir au sommet de l’Etat", accuse le collectif. Plus de 30 partis algériens ont appelé début février le président Abdelaziz  Bouteflika à se représenter pour un 4e mandat au scrutin. Ce dernier, au pouvoir depuis presque 15 ans et dont l’état de santé suscite de nombreuses  interrogations, reste pour l’instant muet sur ses intentions. 

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!